Antoine Kina s'est fait un prénom dans le hockey

Antoine Kina s’est fait un prénom dans le hockey
Antoine Kina s’est fait un prénom dans le hockey - © Tous droits réservés

La scène est touchante. Dans la foulée de la victoire héroïque face à l’Allemagne, Pascal Kina, l’ancien entraîneur des Red Panthers, adresse une claque amicale à son fils. Et puis il l’enlace. Antoine a grandi dans ce tournoi. Un but, un travail inlassable entre les lignes, une technique au-dessus de la moyenne. Antoine Kina, 23 ans, incarne l’avenir des Red Lions.

Pascal, son entraîneur à La Gantoise, est un papa fier et un coach exigeant. "Dans le temps, je lui disais encore ce qu’il devait faire. Aujourd’hui c’est une discussion", nous dit Pascal Kina. "C’est le meilleur coach que j’ai jamais eu", poursuit Antoine." Il connaît mes qualités et mes défauts. "De fait, Pascal le technicien, ne tarit pas d’éloges sur son fils. Mais il précise : "Il a une très bonne technique et de l’audace entre les deux cercles. Et il a une bonne vista. Mais défensivement il peut s’améliorer. Même si ces derniers temps, il défend mieux."

Antoine Kina sourit et précise que son hockey est meilleur que celui de son père jadis. "Techniquement je suis meilleur que mon papa. Lui son truc, c’était la défense. Et là, il devait être plus fort de moi." Les deux parlent d’une seule voix. Ils cultivent, ensemble, la passion du hockey depuis toujours. "J’ai commencé le hockey à douze ans, poursuit Pascal Kina. Car je ne faisais rien et je restais dans ma chambre. Ma mère m’a mis au hockey. Quant à Antoine, il tenait un stick en mains à l’âge de 3 ans." Et Antoine de poursuivre : "Il a toujours été mon coach. Et on ne perdait quasiment jamais. Il est encore mon coach en club (à Gand)… Et même aujourd’hui, on discute. Même dans un tournoi comme celui-ci. On s’appelle tous les jours." Pascal Kina : "Je regarde plus ses matches avec mes yeux de coach qu’avec mes yeux de père. Le soir dans mon lit, quand je repense à son match, c’est le père qui est fier."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK