Soupçons de match truqué: l'horizon est sombre pour Montpellier

Soupçons de match truqué: l'horizon est sombre pour Montpellier
Soupçons de match truqué: l'horizon est sombre pour Montpellier - © Tous droits réservés

Fleuron du handball français depuis près de 20 ans, le club de Montpellier voit son avenir assombri par l'interpellation dimanche de sept de ses joueurs actuels soupçonnés de match truqué sur fond de paris sportifs, mais ses dirigeants restent plus combatifs que jamais.

Créé il y a tout juste 30 ans, le MAHB est une institution dans le handball hexagonal, sur lequel il règne en maître depuis l'arrivée de Patrice Canayer, en 1994. Avec son entraîneur, il a remporté un total de 36 trophées, dont 14 titres de champions de France et une Ligue des champions en 2003.   

La saison passée, l'équipe de Nikola Karabatic a réussi un quadruplé inédit en s'adjugeant le Trophée des champions, la Coupe de la Ligue, la Coupe de France et le Championnat. Club formateur par excellence, Montpellier est aussi le fournisseur privilégié de l'équipe de France.    L'onde de choc de cette affaire est terrible pour le club. "Il y aura immanquablement pour ce club un avant le 30 septembre et un après le 30 septembre", a reconnu lundi Canayer. Mercredi dernier, après les premières révélations dans la presse, il avait même déclaré que le club était "peut-être en train de mourir". Lundi, il avait retrouvé toute sa combativité.

"Le club se sent trahi. Mais aujourd'hui, il faut résolument qu'on se tourne vers l'avenir", a-t-il déclaré. "Ce qui est fondamental c'est d'avoir une ligne de conduite. Le club est toujours debout et continue d'avancer, on reconstruira pierre après pierre ce qui a été un peu abîmé."    Les dirigeants ont signifié qu'ils n'hésiteraient pas à licencier les joueurs mis en cause, si les faits étaient avérés. "On ne se cachera pas derrière la lenteur de la procédure pour prendre nos responsabilités", a promis Rémy Lévy, le président montpelliérain.      

"La base est solide"

Dans ce cas-là, le club, qui s'est porté partie civile, ne pourra plus jouer les premiers rôles. "S'il se retrouve avec un effectif qui lui permet seulement de viser la 7e ou 8e place, ça peut vite tomber", remarque Daniel Costantini, l'ancien sélectionneur national, qui lui prédit "un avenir très sombre".  

Déterminé à remobiliser les énergies, Canayer porte un discours beaucoup plus positif. "On n'est pas démuni", a-t-il assuré, en allusion aux joueurs du centre de formation. 

"L'ambition du club de Montpellier ne s'est pas arrêtée au 30 septembre", a-t-il ajouté, soulignant que son équipe allait se rendre mercredi à Toulouse en championnat avec la "ferme intention de gagner", même si elle sera sans doute amputée des joueurs impliqués dans l'affaire.     A plus long terme, cette affaire pourrait inciter les parraineurs à se désengager du club, et peser sur les décisions des collectivités territoriales, dont le soutien financier est déterminant pour le deuxième budget du Championnat (7,4 millions d'euros).

AFP

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK