Battu par Saint-Pétersbourg et pris en otage par la BeNeLeague, Visé se déplacera en Russie avec son équipe B

Face à Neva Saint-Pétersbourg, la mission du HC Visé s'annonçait délicate ce dimanche. L'équipe de la Basse-Meuse, qui n'avait jamais atteint les quarts de finales d'une coupe européenne, n'a finalement pas été en mesure de surprendre un des ténors du championnat russe. Si les Visétois n'ont pas été ridicules, ils se sont inclinés, 26-33, dans cette première manche. Le HC Visé a donc clairement hypothéqué ses chances de qualification pour les 1/2 finales. Un résultat qui atténue quelque peu les regrets puisque le club mosan, qualifié pour le Final 4 de la BeNeLeague, avait déjà décidé d'envoyer son équipe B en Russie.

La seconde manche de ce quart de finale de la Challenge Cup est en effet programmée le dimanche 31 mars. C'est à dire le même jour que la finale du Final 4, soit l'apothéose de la compétition belgo-néerlandaise. Le club de la Basse-Meuse a donc dû faire un choix entre la BeNeLeague et la coupe d'Europe. Or, choisir, c'est aussi renoncer. Korneel Douven, le coach limbourgeois du HC Visé : "On a été obligé de faire un choix et les joueurs ont décidé de jouer le Final 4 qui reste la priorité de la saison. Nous n'avons dès lors pas assez de joueurs à envoyer en Russie. La Coupe d'Europe constitue pourtant une belle récompense pour le club, les supporters, les dirigeants, le staff et surtout les joueurs. Les matches européens apportent beaucoup d'expérience et restent gravés très longtemps dans les mémoires. Malgré le résultat du match-aller, c'est vraiment dommage de devoir faire l'impasse sur ce match-retour".

Négligence des instances de la BeNeLeague

Le HC Visé s'est donc retrouvé devant un choix cornélien suite à cette situation qui frise le ridicule. Les Visétois sont donc victimes d'une négligence des instances de la BeNeLeague qui ont fait preuve d'amateurisme en oubliant de prendre en considération le calendrier des compétitions européennes. De quoi susciter la colère de l'entraîneur visétois : "Le problème provient de la BeNeLeague dont les responsables ont programmé le Final 4 le week-end des 30 et 31 mars à la Lotto Arena d'Anvers. Une grosse erreur de leur part parce que les dates du calendrier des matches européens sont fixées par l'EHF (la Fédération Européenne de Handball) depuis....deux ans. Je ne comprends donc pas pourquoi le Final 4 a été programmé ce week-end là...".

En attendant, cet oubli pénalise le club de Visé, obligé de choisir une compétition au détriment d'une autre. Florian Glesner, le demi-centre visétois, déplore cette situation absurde : "C'est incroyable mais cela s'est déjà produit récemment avec la Champions League et le championnat d'Allemagne. En ce qui nous concerne, on est évidemment très déçu. Nous espérions aller à Saint-Pétersbourg. Non pas pour y faire du tourisme mais pour affronter à nouveau une très belle équipe et pour découvrir un nouveau pays pour la majorité d'entre-nous. Maintenant, c'est officiel, nous n'irons pas en Russie. Nous avons en effet décidé de privilégier le Final 4 plutôt que la Coupe d'Europe parce que c'est l'opportunité pour nous de remporter un trophée. Maintenant, c'est certain que la BeNeLeague ne représente pas grand chose au niveau européen mais pour les joueurs, c'est quand même quelque chose de gratifiant de décrocher un titre en fin de saison. Je suis venu à Visé pour gagner des prix et disputer des finales. Ici, nous allons jouer la demi-finale de la BeNeLeague samedi prochain et puis on l'espère la finale, le lendemain à la Lotto Arena, voire plus si affinités".

L'équipe B à Saint-Pétersbourg

Pour honorer ses obligations européennes et éviter les représailles éventuelles, Visé enverra son noyau B à Saint-Pétersbourg. Une équipe composé de jeunes joueurs évoluant dans la seconde équipe, celle de D1 nationale, renforcée par trois joueurs du noyau A, de retour de blessures ou en manque de temps de jeu. Une solution bancale mais qui permettra ainsi au club d'être présent dans les deux compétitions comme le confirme Korneel Douven : "Visé est un grand club avec une équipe en BeNeLeague et une autre en Division Un belge. Je souhaite beaucoup de courage aux joueurs qui disputeront le retour de Coupe d'Europe. Cela va bien sûr être très difficile. L'équipe de D1 est trop légère pour affronter les professionnels russes qui sont beaucoup plus grands et plus puissants. C'est peut-être un cadeau empoisonné pour les jeunes visétois mais ce sera aussi une très belle expérience pour eux. Ils n'auront de toute façon rien à perdre. ...".

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK