Formule E Valence : Stoffel Vandoorne, vainqueur à Rome, s'attend à des E-Prix "très compliqués et très stratégiques"

Moins de quinze jours après sa victoire à Rome, Stoffel Vandoorne sera déjà de retour au volant de sa Mercedes-Benz EQ Silver Arrow 02 pour disputer deux courses sur le circuit de Valence. Deux E-Prix que nous vous proposerons de vivre en direct vidéo samedi dès 14h55 (sur Tipik et Auvio) et dimanche à 14H (uniquement sur Auvio).

Le pilote belge, qui occupe la quatrième place du championnat (33 points) à dix longueurs du leader, le Britannique Sam Bird (Jaguar Racing), espère que les Flèches d'Argent, très performantes depuis le début de la saison, feront preuve de plus de régularité ce week-end.

"On espère vivre un week-end solide, sans trop de problèmes, Nyck (de Vries, son coéquipier, ndlr) et moi, souligne Stoffel Vandoorne, contacté par la RTBF. Faire tous les deux preuve de constance, marquer des bons points dans les deux courses. À Rome, j'ai vécu un week-end avec des émotions bien différentes : le samedi, j'étais en pole, mais à cause de différents incidents (un contact avec André Lotterer en début de course alors qu'il était en tête, un crash en fin de course), je n'ai pas pu marquer de points. C'était une journée frustrante, car ce n'était pas de ma faute, je ne pouvais rien faire. On a perdu énormément de points, mais par contre, le dimanche, on s'est très bien rattrapé. On a pu faire la différence en course, je me sentais à l'aise, très confiant, et on a pu remporter notre première victoire de la saison. J'avais besoin de ça, j'avais pas mal de retard au classement. Cela m'a permis de remonter au championnat et d'être de nouveau présent."

Stoffel Vandoorne et André Lotterer, qui ont voyagé ensemble (avec d'autres pilotes également) vers Valence, ont d'ailleurs tiré un trait sur cet incident. "On en a parlé à Rome, mais c'est la Formule E, cela peut arriver. On n'a pas marqué de points lors de la première course à Rome alors qu'on aurait pu faire beaucoup mieux, c'est dommage. Mais en Formule E, cela ne se passe jamais comme on le pense en course. On va de l'avant, on a oublié ça !"

Avec deux victoires (une pour Nyck de Vries en Arabie Saoudite, une pour Stoffel Vandoorne à Rome) en l'espace de quatre E-Prix, l'équipe Mercedes-Benz EQ, qui n'en est qu'à sa deuxième année d'existence, est maintenant l'une des plus performantes du plateau. "On avait déjà un bon package l'an dernier, mais cette saison, on a encore fait un petit pas en avant, précise le vice-champion en titre. L'équipe gagne aussi en expérience, on arrive à extraire un peu plus de performance de notre package... En Formule E, c'est très important d'être le plus proche de la limite à chaque fois. On a une bonne voiture, deux bons pilotes, une très bonne équipe technique derrière nous... Je pense qu'on sera dans le coup plus ou moins tous les week-ends, à condition de tirer le maximum du potentiel de la voiture."

Plus de gestion de l'énergie, plus de stratégie, plus de dépassements

Après Diriyah (Arabie Saoudite) et Rome (Italie), la Formule E a donc posé ses valises à Valence sur un tracé permanent, le circuit Ricardo Tormo, bien connu des amateurs de MotoGP. C'est là que se déroulent les essais d'avant-saison de Formule E, tous les pilotes débarquent donc en terrain connu. Quitter le cœur des villes, ce n'est pas dans l'ADN de la Formule E, mais la pandémie de Covid-19 a obligé les organisateurs à faire des compromis.

"Ce circuit, on le connaît, même si sa configuration de ce week-end n'est pas totalement la même de celle qu'on utilise lors des essais, reprend Stoffel Vandoorne. Il y a de nouveaux virages... On a donc dû effectuer pas mal de travail dans le simulateur. On assistera à deux des courses les plus difficiles de la saison, car c'est très difficile de gérer son énergie. Il y a beaucoup de lignes droites, beaucoup de choses à gérer au niveau de la batterie. Ce n'est pas un circuit habituel en Formule E : on a beaucoup plus de place, on est moins pénalisé quand on fait une petite erreur, et tout le monde sera beaucoup plus proche encore que d'habitude car on a tous beaucoup roulé ici. Je pense qu'il y aura plus de dépassements : le circuit est large, et il y est assez facile de dépasser. Et comme on doit beaucoup s'occuper de la gestion de la batterie, on lève le pied assez tôt quand on arrive dans les virages. La stratégie jouera un rôle très important, il faudra rouler efficacement et ne pas gaspiller son énergie trop tôt dans la course, parce que sinon, on sera pénalisé en fin de course. Ce sera très intéressant !"

Mais avant cela, il faudra être performant lors de la séance de qualification. Le pilote belge s'élancera dans le premier des quatre groupes de qualification, ce qui est un désavantage sur les circuits urbains. En sera-t-il de même ici ? "J'espère que nous serons moins désavantagés que d'habitude, je pense que la piste évoluera un peu moins entre les différents groupes. Cela peut jouer en notre faveur. Si on peut être dans le Top 10 lors des qualifications, on aura une belle opportunité de marquer de bons points. La Super Pole (qui permet aux six pilotes les plus rapides de la séance de qualification de repartir pour un tour et de se disputer la pole position, ndlr) ? Ce sera compliqué, mais faisable si on fait du bon boulot. Il faudra faire le tour parfait pour y arriver."

Stoffel Vandoorne a également fait le point sur la suite de la saison, puisque le calendrier "définitif" de la saison 7 du Championnat du Monde de Formule E a été dévoilé vendredi. Exit Marrakech et le Chili, après Valence, les pilotes se rendront à Monaco (08/05), au Mexique (19/06 et 20/06), à New-York (10/07 et 11/07), Londres (24/07 et 25/07) et Berlin (14/08 et 15/08).

"La sortie de ce calendrier, c'est une bonne nouvelle ! Avec les deux courses de Valence, il nous en reste encore onze en tout, c'est très chouette de pouvoir envisager la suite. J'espère que toutes les épreuves pourront avoir lieu, au Mexique, aux Etats-Unis, à Londres, et puis à Berlin pour terminer... C'est un très chouette calendrier !"

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK