D'Ambrosio : "La Formule E ? Je n'avais plus pris autant de plaisir en course depuis le karting"

Jérôme D’Ambrosio (Mahindra Racing) s’apprête à débuter la sixième saison de Formule E de sa carrière. Le pilote belge, qui a connu la naissance de la discipline, a pu la voir grandir au fil des ans au point d’être aujourd’hui l’une des plus attractives et disputées du sport automobile.

Le pilote belge, vainqueur de trois E-Prix au cours de sa carrière et leader du championnat à plusieurs reprises la saison dernière, nourrit à nouveau de grandes ambitions.

"Il faut se battre devant, se battre pour pouvoir disputer la Super Pole (le point d’orgue de la séance de qualification, réservé aux six pilotes les plus rapides, ndlr) et le podium, a souligné Jérôme D’Ambrosio au micro de la RTBF depuis Valence, où se déroulent actuellement les essais d’avant-saison. On sait que nous pouvons être rapides, qu’on peut jouer la gagne, mais il faut être là tout le temps. Peut-être pas tout le temps pour jouer la gagne, mais toujours pour figurer dans les cinq premiers. La Formule E, c’est difficile pour tout le monde. Il faut penser au titre, parce que si ce n’est pas le cas, cela ne sert à rien de démarrer la saison. C’est vrai, on est un plus petit team, mais on a aussi pas mal de capacités, et on peut faire quelque chose de bien. On a quand même mené le championnat pendant une moitié de saison la saison dernière, cela veut dire que nous sommes capables de le faire, et je pense que nous avons fait un pas en avant."

"Je n’ai plus pris autant de plaisir en course, en course pure, depuis le karting, a repris JDA. Tout simplement parce qu’on peut dépasser ! Au Mexique la saison dernière, je pars vingtième parce que j’avais fait une boulette en qualification, et je finis quatrième. Cela n’existe pas dans un autre championnat où les voitures sont si proches. C’est ça qui est fascinant avec la Formule E."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK