Arc de Triomphe : ORFEVRE et Soumillon favoris

Pour deux raisons au moins, et même davantage, mais on ne va pas citer tous les forfaits enregistrés ces derniers jours.

La première, la plus malheureuse, c'est l'absence pour des raisons indépendantes de la volonté de son entourage de la tenante du titre, l'Allemande DANEDREAM. La championne, qui n'a pourtant jamais été aussi en forme, est en effet en quarantaine au centre d'entraînement de Cologne Weidenpesch, où un cas d'anémie infectieuse a été détecté.

La deuxième, c'est que FRANKEL, sans doute le meilleur cheval de tous les temps sur 1600 mètres, n'a pas osé prendre le risque de se révéler "trop court" pour également imposer sa loi sur 2400 mètres. A tort, probablement, car il est et demeurera imbattable.

Reste qu'à l'autre bout du monde, au Japon, où l'Arc est jusqu'à présent demeuré un rêve inaccessible, on a toutes les bonnes raisons de penser que cette fois le grand jour est arrivé. ORFEVRE n'a pourtant pas vraiment impressionné lors de ses débuts français victorieux dans le Prix Foy le 16 septembre sur le parcours de l'Arc. Mais les Japonais qui n'ont rien laissé au hasard en confiant leur champion à notre compatriote Christophe Soumillon (double lauréat de l'épreuve avec DALAKHANI en 2003, et ZARKAVA en 2008) ont été rassurés par ce dernier. "Il est le meilleur cheval de la course", a-t-il en effet déclaré.

Et c'est en tout cas le favori. Ou du moins il l'était avant le tirage au sort des places à la corde où il n'a pas été gâté (18).

Il lui faudra cependant battre le crack irlandais CAMELOT, beaucoup plus chanceux (5). La présence à Longchamp de l'auteur du doublé Derby d'Epsom - Derby d'Irlande a longtemps été considérée comme très douteuse. Mais il est là et bien là.

Quant à la France elle compte logiquement sur SHARETA, 2-ème l'an dernier mais aujourd'hui beaucoup plus forte, et brillante lauréate du "Vermeille".

Et sur SAONOIS, le surprenant vainqueur du Jockey Club, dont chacun a depuis lors pu se rendre compte qu'il n'avait certainement pas gagné par hasard à Chantilly ce jour là.

A commencer par son propriétaire, Pascal Treyve, qui a refusé des offres d'achat faramineuses, pour débourser au contraire lui même cent mille euros, afin de voir son champion au départ de l'Arc, où il ne l'avait à l'origine pas engagé...

Belga

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK