Une nuit à Rio, ce que vous avez manqué

Une nuit à Rio, ce que vous avez manqué
2 images
Une nuit à Rio, ce que vous avez manqué - © Tous droits réservés

Nouvelles médailles, nouvelles émotions, nouveaux drames, les Jeux de Rio se sont poursuivis ce vendredi. Et cette nouvelle journée de compétition a une nouvelle fois réservé son lot d'images fortes avec notamment les performances collectives de Belgian Tornados, des handballeurs français et du relais jamaïcain emmené par sa majesté Usain Bolt.

Décalage horaire oblige, quelques-unes des performances les plus marquantes de la journée se sont déroulées au milieu de la nuit chez nous. On vous résume ce qu'il s'est passé dans la cité brésilienne.

La perf' belge du jour : Des Tornados brillants et en finale

Les Belgian Tornados ont décroché leur ticket pour la finale du 4x400m des Jeux Olympiques de Rio avec brio. Versé dans la deuxième série, notre 4x400m a pris la 2e place derrière la Grande Bretagne qui a ensuite été disqualifiée. Julien Watrin, Jonathan Borlée, Dylan Borlée et Kevin Borlée ont amélioré le record de Belgique de trois petits centièmes pour le porter à 2:59:25. Ils ont signé le troisième temps des séries. Des séries ont été fatales à Trinidad et Tobago et à la Grande Bretagne, deux nations candidates au podium.
 

La star du jour : Bolt réussit son triple-triplé

Avec une régularité de métronome, le Jamaïcain répond présent aux rendez-vous olympiques. Comme pour Michael Phelps, il devient difficile de trouver des superlatifs pour décrire les exploits d'Usain Bolt. Alors on laissera parler les chiffres.

Comme à Pékin et à Londres, Lightning Bolt a dominé les épreuves de sprint et s'est offert un triplé doré. Déjà sacré sur 100 et 200m, le triple recordman du monde, épaulé par Powell, Blake et Ashmeade, a remporté le 4x100m. Trois Olympiades, trois triplés, neuf médailles d'or. Le compte est bon. King Bolt égale Nurmi et Lewis et tient son statut de légende vivante.

De son ombre encombrante, la méga star des pistes éclipse Allyson Felix, titrée avec le relais US, et athlète féminine quintuple médaillée d'or aux JO.

La déception brésilienne du jour : Pas de médaille pour Marta and co

Au Brésil le football est une religion. Quand on sait cela, on prend mieux la mesure de la déception des Brésiliens après la défaite de leur équipe féminine en finale pour le bronze face aux Canadiennes (2-1).

Les Nord-Américaines gardent ainsi le métal qu'elles avaient conquis en 2012, leur deuxième podium olympique, alors que les Brésiliennes échouent à décrocher chez elles une troisième médaille à des JO après celles en argent (2004, 2008). Les Canadiennes ont été les plus tranchantes dans le jeu, et ont été récompensées lorsque Lawrence adressait deux passes décisives, à Rose (25e) et à Sinclair (52e), la capitaine en profitant pour inscrire son 165e but en sélection. Les Brésiliennes se sont heurtées à une charnière centrale Zadorsky-Buchanan intraitable, et n'ont pas existé en attaque. Cristiane est d'ailleurs sortie dès la pause, tandis que la créativité de Marta trouvait rarement un débouché dangereux.

L'exploit du jour : Marin met fin à la domination asiatique en bad

L'Espagnole Carolina Marin, N.1 mondiale et double championne du monde, a confirmé sa domination sur le badminton féminin vendredi aux Jeux de Rio en devenant la première Européenne championne olympique. Avant Rio, un total de 29 médailles d'or avaient été décernées en badminton, toutes catégories confondues (simple et double hommes et femmes, double mixte), et 28 avaient été remportées par des Asiatiques. La 29e ? Elle avait été raflée par le Danois Poul-Erik Hoyer Larsen, sacré en simple messieurs à Atlanta en 1996.

Cette année, exceptée Carolina Marin, tous les autres titres déjà disputés sont allés encore une fois à l'Asie: les Japonaises en double dames et les Indonésiens en double mixte. Et les deux derniers titres ne pourront pas échapper à l'Asie, avec une finale entre Malaisie et Chine en double messieurs et une finale également entre ces deux pays samedi en simple messieurs, entre le N.1 mondial malaisien Lee Chong Wei et le champion du monde chinois Chen Long.

L'imbroglio du jour : La médaille de bronze du 50km marche

La médaille de bronze du 50 km marche a pas mal changé de mains ces dernières heures. Finalement, c'est bien Hirooki Arai, troisième sur la ligne, qui montera sur le podium. Dans un premier temps, le Japonais avait été disqualifié au profit d'Evan Dunfee suite à un contact avec le Canadien. L'équipe japonaise a ensuite déposé un appel et a été entendue.

Arai avait heurté Dunfee, à bout de forces, en le dépassant à un demi-kilomètre de l'arrivée. Le contre-appel de l'équipe japonaise mettait en évidence que le contact entre Arai et Dunfee était fortuit. Et Arai va récupérer sa 3e place.

Les premières du jour : Le Tadjikistan et la Côte d'Ivoire découvrent le goût de l'or

Deux pays ont savouré le premier titre olympique de leur histoire cette nuit. Dilshod Nazarov, vainqueur du marteau, et Cheick Cissé, sacré en taekwondo (-80kg) ont offert au Tadjikistan et à la Côte d'Ivoire la première médaille d'or olympique de leur histoire.

Nazarov, 34 ans, vice-champion du monde à Pékin l'an dernier, avait pris la 10e place aux Jeux de Londres en 2012. Il était le porte-drapeau de la délégation tadjike en 2008 à Pékin (11e du concours).

Cette première pour la Côte d'Ivoire est aussi synonyme d'énorme couac pour la télévision ivoirienne qui n'a pas été en mesure de diffuser les images de la finale de taekwondo et donc la victoire de Cheick Cissé. Une bande annonce défilant sur les écrans à plusieurs reprises indiquait "que le distributeur des droits d'image (avait) servi de l'athlétisme au lieu du taekwondo". Les téléspectateurs ivoiriens ont été ainsi privés du sacre historique de Cissé;

La performance du jour : 3e finale pour les "Experts"

Au terme d'un match étouffant de suspense, les handballeurs français ont dominé l'Allemagne championne d'Europe, 29 à 28 grâce à un but de Daniel Narcisse à la dernière seconde, pour accéder à la finale des jeux Olympiques pour la troisième fois d'affilée.

Doubles tenants du titre, ils tenteront de décrocher une troisième médaille d'or d'affilée dimanche face à la Pologne ou le Danemark, un exploit jamais réalisé chez les messieurs. Le hand français rentrera de Rio avec deux médailles, une première, puisque les filles se sont qualifiées pour la finale contre la Russie, samedi.

La saga du jour : Le CIO se saisit du cas des quatre nageurs US

Au piquet! Une commission disciplinaire du Comité international olympique a été saisie du cas de la vraie-fausse agression de quatre nageurs américains, dont Ryan Lochte. Le multiple médaillé olympique et ses coéquipiers avaient affirmé avoir été agressés en marge des Jeux, pour cacher une altercation intervenue alors qu'ils étaient ivres. "Le CIO a nommé une commission disciplinaire chargée d'examiner le cas des quatre nageurs américains, dont Ryan Lochte", a un porte-parole du CIO. "Les membres de cette commission, qui ont la possibilité d'entendre les nageurs, verront s'il y a matière à sanction", a ajouté ce porte-parole. La commission sera présidée par le Suisse Denis Oswald, membre du CIO depuis 1991 et avocat de profession.
 

L'hommage du jour : Coe fait l'éloge du "Génie Bolt"

"Bolt est un génie", a estimé Sebastian Coe, président de la Fédération internationale d'athlétisme, dans un entretien exclusif à l'AFP. "Que dire de plus? Ce gars est un génie. Il n'y avait eu personne comme lui depuis Mohammed Ali en termes de faculté à capter l'imagination des foules. Si vous m'aviez dit en 2008 que ce gars allait faire tout cela, trois JO, un parcours incroyable... la différence entre le bon et le super athlète, c'est la longévité. Et Bolt a cette longévité." Alors que la retraite du Roi du sprint se rapproche, le nouveau boss de l'athlé mondial se prépare à devoir combler "un trou immense mais pas insurmontable". "On se posait la même question avec Mohammed Ali. Puis Floyd Mayweather, Marvin Hagler, Manny Pacquiao, Sugar Ray Leonard sont arrivés. On ne comblera pas ce trou en une nuit. Mais il y a des grands athlètes et on doit s'assurer de pouvoir le faire savoir au monde." Lightning Bolt pourrait même se voir proposer un poste au sein de l'IAAF.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK