Super Bowl: Les Philadelphia Eagles vont-ils priver les New England Patriots d'un 6e sacre?

NFC Championship - Minnesota Vikings v Philadelphia Eagles
NFC Championship - Minnesota Vikings v Philadelphia Eagles - © Mitchell Leff - AFP

L'événement sportif le plus populaire aux Etats-Unis se déroule dimanche à Minneapolis. La 52e édition du Super Bowl, la finale du championnat professionnel de football américain (NFL), mettra aux prises les New England Patriots, champions en titre et meilleure équipe du siècle, aux Philadelphia Eagles, la bonne surprise de la saison.

Outre les amateurs de sport, le Super Sunday attirera aussi ceux de musique. Justin Timberlake animera en effet le mini-concert très attendu de la mi-temps. Cette année, les observateurs politiques seront attentifs à l'attitude des joueurs lors de l'hymne américain, chanté par Pink, avant le début du match (coup d'envoi à minuit trente, heure belge, lundi). Cette saison a été marquée par des manifestations de nombreux joueurs qui ont mis un genou à terre pendant ce moment solennel en guise de protestation contre violences raciales et sociales faites aux afro-américains. Le président Donald Trump avait critiqué vertement ce comportement.

L'équipe de la Nouvelle-Angleterre participe à sa 10e finale. Un record. Elle va tenter de remporter son sixième Super Bowl (en 17 ans), le 2e consécutif et le 3e en quatre ans, ce qui lui permettrait de rejoindre Pittsburgh au sommet des palmarès.

Face à elle, Philadelphie ne jouera que sa 3e finale après celles perdues en 1981, 27-10 face à Oakland, et 2005, 24-21 contre ... New England. La présence des Eagles est d'autant plus surprenante que leur meilleur joueur, le quarterback Carson Wentz, est blessé. L'équipe de Pennsylvanie ne partira pas favorite. Elle reste pourtant sur une très belle performance en finale de la Conférence Nationale où elle n'a laissé aucune chance à Minnesota (38-7), qui espérait pourtant tellement jouer le Super Bowl dans son US Bank Stadium de Minneapolis.

Dans le même temps, en finale de Conférence Américaine, New England réalisait un nouveau rétablissement spectaculaire (mené 10-20 dans le 4e quart) et faisait voler en éclat le rempart défensif de Jacksonville 24-20.

Et dans ce domaine personne n'oubliera ce qui constitue le plus grand exploit de l'histoire du Super Bowl. Il y a douze mois à Houston, New England avait renversé une situation désespérée face à Atlanta. Menés de 25 points (3-28) à moins de 18 minutes de la fin du temps réglementaire, les Patriots avaient balayé les Falcons et émergé 34-28 en prolongation. Du jamais vu.

Le plus remarquable est que depuis 2002, date de leur 3e finale (les deux premières - perdues - remontent à 1986 et 1997), les Patriots sont dirigés par le même coach Bill Belichick, et alignent le même quaterback, Tom Brady. Agé de 40 ans, le Californien va disputer son 8e Super Bowl. Le mari de la "top model" Gisèle Bündchen est considéré comme le meilleur joueur de l'histoire, l'homme capable de faire basculer un match par son sang-froid et la précision de ses passes.

Les succès à répétition des Bostoniens, qui en ont fait une "Dynasty" comme on dit aux Etats-Unis, ne font pas l'unanimité. Beaucoup estiment que les Patriots n'hésitent pas à franchir la ligne blanche autorisée par les règlements. Les suspicions d'espionnage de leurs adversaires, le dégonflage volontaire de ballons sont autant de reproches plus ou moins avérés. D'où une détestation réelle. A l'inverse, d'autres, admiratifs, soulignent le talent créatif de Belichick sur le plan tactique capable de surprendre ses adversaires. Sa capacité à composer un effectif compétitif au fil des années malgré les blessures et les départs de nombreuses individualités parties monnayer leur talent n'est, elle, contestée par personne.

Cette année, les Eagles ont engagé le coureur LaGarrette Blount et le 'defensive end' Chris Long (qui sera chargé d'arrêter Brady), autant de pions majeurs dans la victoire de New England l'an dernier.

S'ils disposent des faveurs des pronostiqueurs, les Patriots "made by" Belichick, qui joueront leur 8e Super Bowl en 17 ans, ne sont pas invincibles. Ils ont mordu la poussière à deux reprises par la faute des New York Giants en 2013 et, surtout, en 2008. Cette saison-là, les Pats avaient gagné tous leurs matchs et étaient sur le point d'entrer dans la légende. Une réception miraculeuse en fin de match en avait décidé autrement.

De quoi rappeler à tous que le football américain est un sport qui se joue à onze contre onze mais qu'à la fin ce n'est pas toujours New England qui gagne.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK