Sport amateur : Julien, boulimique de sport, se réinvente

Pour certains sportifs amateurs boulimiques de sport, ce confinement pour lutter contre le coronavirus est une véritable épreuve. Exemple avec Julien Hottias qui se réinvente et réoriente sa pratique du sport.
3 images
Pour certains sportifs amateurs boulimiques de sport, ce confinement pour lutter contre le coronavirus est une véritable épreuve. Exemple avec Julien Hottias qui se réinvente et réoriente sa pratique du sport. - © CHRIS-PHOTOS.be

Il y a quelques jours, la rédaction des sports de la RTBF lançait un appel à témoignages (via l’adresse mail : sportamateur@rtbf.be) issus du sport amateur. Là aussi les annulations se sont enchaînées et le sport amateur est tout autant (si pas plus ?) remis en question.

Face aux arrêts et interdictions, certains sportifs amateurs ont réorienté leurs pratiques. C’est notamment le cas du Namurois Julien Hottias (30 ans), un véritable boulimique de sport ! "Je suis un sportif de type polyvalent, j’aime me lancer des défis dans tous les types de sport. J’ai toujours privilégié la diversité plutôt que l’excellence dans un seul sport. Mon premier sport était le volley-ball. Je viens d’arrêter pour privilégier les sports de raquette. Mais je touche aussi au foot, escalade, vélo, trail, etc.".

Un défi d’une heure trente de sport chaque jour en 2020

Julien fonctionne aux défis et aux challenges, il a déjà fait les 24 heures vélo de Louvain-la-Neuve en solitaire, effectué un marathon la nuit du Nouvel An, joué 150 matches de tennis lors de sa première saison, etc. En 2020, il s’était fixé comme objectif de faire un minimum d’une heure trente de sport tous les jours. Mais depuis la crise du coronavirus, tout s’est un peu écroulé. "Tennis, badminton, ping-pong, tous mes tournois sont annulés. Je viens de me lancer dans le 'racketlon', une discipline qui mixe les quatre sports de raquette (tennis, badminton, ping-pong, squash). J’étais inscrit à un tournoi international à Prague, lui aussi a été annulé. C’est là que j’ai senti que ça allait mal tourner".

Changer et varier les entraînements

"Tous les sports que je pratique m’aidaient à réussir mon objectif d’une heure trente de sport par jour. Mais là, le confinement m’oblige à varier et uniquement aller vers le vélo et la course à pied. La seule alternative que j’ai trouvée, c’est de changer mes entraînements, et de me concentrer sur ces deux sports d’endurance. J’espère qu’on ne va pas en arriver à nous interdire aussi cela, sinon je vais devoir faire des abdos et des pompes chez moi pendant plus d’une heure tous les jours ! Ça me stresse, je pourrais faire du vélo d’intérieur, mais je n’ai pas de machine et les magasins sont fermés", explique Julien Hottias.

Le conseil ? Se ressourcer avec le trail

"Mon conseil aux personnes qui veulent faire du sport pour s’aérer ? Et bien, le vélo et la course à pied sont les deux seules disciplines acceptées en ce moment. C’est peut-être le moment d’essayer un nouveau sport et d’aller vers ça. Le trail, dans les bois, me paraît être une très bonne idée pour le moment (à condition d'avoir des bois et forêts près de chez soi). Ce n’est pas à la mode pour rien. Courir avec de la vitesse sur le béton, ça finit par user. Le trail c’est découvrir des paysages et se ressourcer dans la nature", conclut notre boulimique de sport. Précisons que la pratique du sport est toujours possible, mais à certaines conditions et en respectant les mesures du gouvernement. 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK