Pratique sportive et confinement : les règles de prudence

Gare aux goutelettes...
Gare aux goutelettes... - © Dia Dipasupil - AFP

Vous l’avez peut-être remarqué : depuis la crise du coronavirus, nombreux sont ceux qui se sont remis à l’activité sportive (vélo ou jogging) pour leur sortie quotidienne. Mais restez vigilant, car les règles de distanciation sociale s’appliquent encore plus lors de la pratique sportive.

Le sport pour sortir du confinement, c’est forcément bon pour le moral. Mais toutes les études scientifiques le prouvent, ce l’est aussi pour le système immunitaire, pour mieux combattre les virus. Faire du sport donc… mais sans forcer ! 

Faites du sport, mais pas trop longtemps quand même " prévient Thierry Plescia, kiné du sport. " N’essayez pas de faire 3-4 heures de sport en poussant le plus possible, pour améliorer votre condition comme si vous prépariez un marathon pour dans quelques mois. Le but est de se faire du bien physiquement et mentalement, pas de performer pour être au top ! "

Ne pas aller "dans le rouge"

Car trop de sport tue le sport… ou plutôt la santé : aller " dans le rouge ", comme on dit, pompe le système immunitaire et fait de nous une proie pour les virus. On le voit chez plusieurs sportifs de haut niveau dont l’immunité est diminuée.

Une activité sportive modérée est recommandée, c’est-à-dire 3 à 5 heures par semaine, une heure par jour maximum " explique Sophie Demanez, cardiologue du sport. " Et sans jamais dépasser 80% de ses capacités. Au-delà de 6 heures par semaine, c’est du sport à intensité… et là l’immunité n’est plus boostée mais peut diminuer. L’organisme puise dans ses réserves et s’expose davantage aux infections. Cela peut générer des myocardites, qui sont des infections du cœur ! "

Danger : expiration

Très important aussi : garder les distances de sécurité qui, dans le cas du sport, doivent être augmentées bien au-delà du 1,50 réglementaire. Car qui dit sport dit hyperventilation et expiration : gare aux fameuses gouttelettes.

Si vous êtes porteurs, ces gouttelettes sont contagieuses : si vous toussez ou vous postillonnez au passage de quelqu’un, c’est très dangereux " poursuit Thierry Plescia. " On voit pas mal de cyclistes qui crachent ou qui se mouchent par le nez. Si vous êtes derrière ou trois quarts arrière, et compte tenu de la vitesse élevée, le mal est très vite fait. Donc soyez prudent et tenez les distances de sécurité."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK
<<<<<<< HEAD =======
>>>>>>> master