Le complot, partie intégrante du sport ?

Les zones d'ombres du milieu sportif mise à profit par les adeptes de la théorie du complot
Les zones d'ombres du milieu sportif mise à profit par les adeptes de la théorie du complot - © YORICK JANSENS - BELGA

Des matchs truqués en football, en boxe ou en tennis, des courses vendues en cyclisme ou plus simplement des arbitres soi-disant corrompus, les théories du complot sont nombreuses dans la sphère sportive. Ces complots réels ou imaginaires alimentent fréquemment les discussions de comptoirs mais intéressent aussi le milieu académique.

Le sociologue et anthropologue français Christian Bromberger a étudié plusieurs cas de "complotisme sportif" et était présent à Bruxelles pour débattre du sujet lors d’un séminaire du CEVIPOL (Centre d’étude de la vie politique de l’ULB).

Du complot réel au complot imaginaire

Les théories du complot sont tellement nombreuses aujourd’hui qu’il faut d’abord apprendre à les distinguer. "D’un côté, précise Christian Bromberger, il y a le complot réel qui est attesté par des faits bien établis et de l’autre le complot imaginaire, pensé par un groupe d’individus pour justifier un événement déplaisant".

Aujourd’hui des théories avérées, comme l’affaire OM-VA en France, le Calciopoli en Italie ou l’affaire Yé en Belgique cohabitent avec des théories beaucoup plus farfelues. En 1990, Maradona n’avait pas hésité à accuser Sophia Loren de porter une bague magnétisée pour orienter le tirage au sort de la Coupe du Monde de foot en Italie. Cinq ans plus tard c’est la théorie de l’intoxication alimentaire volontaire qui avait été brandie pour expliquer la défaite de la Nouvelle – Zélande contre l’Afrique du Sud en finale du Mondial de Rugby organisé en… Afrique du Sud. Et puis il y a aussi cette accusation loufoque d’une chaîne de télévision syrienne qui prétendait en 2012 que le FC Barcelone, et son sponsor qatari, soutenaient le régime de Bachar Al-Assad Grâce à leur tactique. Selon la chaîne Al-Dounia TV, les déplacements de Lionel Messi et compagnie auraient permis aux opposants syriens de comprendre comment faire entrer des armes illégalement dans le pays.

Mais comment ces théories voient-elles le jour ? Et pourquoi sont-elles prises au sérieux par une partie de la population ?

"Derrière un complot il y a toujours un scénario secret imaginé par plusieurs personnes pour s’assurer un succès ou un gain au détriment d’un tiers" précise le professeur Bromberger.

Pour donner de la crédibilité à une théorie du complot, ceux qui l’imaginent utilisent généralement la technique des raccourcis mentaux. "Ils envisagent la situation par un angle unique en répondant simplement à la question suivante : A qui profite le crime ?".

Le sport terrain fertile du complotisme

Le sport est cruel et, en cela, il est le reflet de la société. Une société de plus en plus méfiante lorsqu’il s’agit d’accepter un scénario qui lui déplaît. "Nous sommes dans l’air du soupçon" acquiesce Christian Bromberger, "dans un désenchantement généralisé de la confiance envers les autorités en particulier. Dans les sociétés contemporaines, les gens ont plutôt confiance en leurs pairs qu’en un quelconque instrument du pouvoir". A l’échelle du sport, un supporter croira donc plus facilement le chef de son groupe que le président de l’UEFA. "La volonté des "complotistes" est en fait de neutraliser l’aléatoire en cherchant à justifier une défaite ou une contre-performance par des éléments extérieurs. Cela comporte un avantage psychologique : mon équipe reste bonne puisque ce n’est pas de sa faute si elle a perdu, et un avantage sociologique puisqu’il préserve l’image positive du groupe auquel nous appartenons et renforce notre sentiment d’appartenance à cette communauté."

Et puis le sport, lui-même, est aussi un terrain fertile pour le complotisme. "Cela s’explique par le fait qu’il y a une dimension aléatoire et beaucoup de zones d’ombre dans les matières sportives. On ne peut jamais dire avec certitude qui va gagner. Autre élément important, le sport se déroule en direct, sous nos yeux, contrairement à un film ou une pièce de théâtre dont les scénarios sont écrits à l’avance. Le sport se prête donc particulièrement à la naissance des théories complotistes".

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK