Le comité olympique verse 1,3 millions de dollars pour les victimes de l'affaire Nassar

Le Comité olympique américain (Usoc) a annoncé mardi qu'il allait contribuer à hauteur d'1,3 million de dollars (1,1 M EUR) au fonds de soutien pour les gymnastes agressées sexuellement par l'ex-médecin Larry Nassar.

"Alors qu'on ne pourra malheureusement pas effacer les abus horribles dont ont été victimes trop de gymnastes, nous devons soutenir de toutes les façons possibles leurs efforts courageux de guérison", a expliqué la directrice générale de l'Usoc, Susanne Lyons.

"Cette contribution est l'une des réformes et actions que nous avons entreprises pour traiter les problèmes au sein de la Fédération américaine de gymnastique, mais aussi plus largement dans la communauté des sports olympiques et paralympiques", a-t-elle ajouté.

"On a trahi ces athlètes une fois, on ne peut pas les trahir une deuxième fois", a insisté Mme Lyons.

Le fonds de soutien a été créé par USA Gymnastics afin d'aider financièrement les victimes de Larry Nassar qui consultent des spécialistes et psychologues.

L'Usoc a précisé qu'il mettait en place un programme similaire pour les sportifs et sportives évoluant dans d'autres disciplines victimes d'abus similaires et qu'il allait doubler sa contribution financière, sans en préciser le montant, au Centre américain pour la sécurité dans le sport.

Le Comité olympique américain a été éclaboussé par l'affaire Nassar, du nom de cet ancien médecin de l'équipe féminine de gymnastique en prison pour des agressions sexuelles sur au moins 265 sportives.

Le patron du Comité olympique américain, Scott Blackmun, avait tiré les conséquence de ce scandale, le plus grave de l'histoire du sport américain et présenté sa démission en février dernier.

La semaine dernière, l'université d'Etat du Michigan (MSU), où exerçait également Larry Nassar avait trouvé un accord de dédommagement avec des victimes pour un montant total de 500 millions de dollars.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK