L'AMA assouplit la gestion des cas de clenbutérol dus à de la viande contaminée

L'AMA assouplit la gestion des cas de clenbutérol dus à de la viande contaminée
L'AMA assouplit la gestion des cas de clenbutérol dus à de la viande contaminée - © BARBARA GINDL - AFP

L'Agence mondiale antidopage (AMA) a donné son feu vert pour clôturer plus facilement des cas de contrôles positifs au clenbutérol, un agent anabolisant interdit, quand cela relève d'une ingestion de viande contaminée.

"Il a été scientifiquement établi qu'un sportif peut être testé positif au clenbutérol à de faibles concentrations après une ingestion de viande contaminée dans un petit nombre de pays où ce problème se pose", a expliqué l'AMA dans un communiqué à la suite de son conseil de fondation jeudi.

En septembre 2018, l'agence américaine antidopage (USADA) avait par exemple tenu compte de cette hypothèse pour blanchir le triple médaillé olympique américain (triple saut, saut en longueur) Will Claye, qui avait échappé à toute suspension.

Mais selon l'AMA, la réponse n'est pas harmonisée, alors que le clenbutérol est la substance identifiée dans 294 cas sur 4.500 contrôles positifs, selon les chiffres de l'agence pour 2017.

Lors d'un comité exécutif en mai 2018, le directeur juridique de l'AMA, Julien Sieveking, relevait que face au flou entourant la question, certaines autorités antidopage classaient le dossier "sans sanction, ni annulation des résultats", tandis que d'autres ne retenaient pas de faute mais annulaient des résultats du sportif concerné.

Face à ce problème, le conseil de fondation de l'AMA a adopté un amendement au code mondial antidopage "qui permet aux laboratoires et aux autorités de gestion des résultats (des contrôles) de classer les cas positifs au clenbutérol quand il est établi que cela résulte de l'ingestion de viande contaminée", indique le communiqué. La mesure doit prendre effet au 1er juin.

Le clenbutérol reste cependant un produit interdit en compétition et hors compétition.

Parmi les pays les plus concernés par la viande contaminée au clenbutérol figurent la Chine et le Mexique.

L'un des cas restés célèbres de contrôle positif au clenbutérol est celui du cycliste espagnol Alberto Contador, qui avait lui aussi invoqué la consommation de viande contaminée pour expliquer les traces infinitésimales retrouvées dans ses urines lors d'un contrôle du 21 juillet 2010 sur le Tour de France. Après avoir obtenu gain de cause devant la fédération espagnole de cyclisme, le Tribunal arbitral du sport (TAS) l'avait finalement suspendu deux ans et lui avait retiré la victoire sur le Tour 2010 et celle du Giro 2011, en concluant à la prise de compléments alimentaires plutôt qu'à de la viande contaminée

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK