John Kelly remporte la Spine Race

Comme le veut la tradition, le vainqueur a embrassé le mur de l'hôtel où est jugée l'arrivée
Comme le veut la tradition, le vainqueur a embrassé le mur de l'hôtel où est jugée l'arrivée - © Montane Spine Race

C'est une course brutale, considérée comme l'une des plus difficiles au monde. La Spine Race, une course d'ultra-endurance de 268 miles (430 kilomètres et 16.000 mètres de dénivelé positif) dont le parcours s'étend du sud de Manchester jusqu'au cœur de l'Ecosse. Un sentier de grande randonnée, le Pennine Way, qui traverses les parcs nationaux du nord de l'Angleterre par les crêtes (d'où le nom de "Spine Race", littéralement "la course de la colonne vertébrale"). Mais surtout au cœur de l'hiver british, ses pluies verglaçantes, ses chutes de neige, son vent glacial, ses nuits si peu accueillantes. Des contrées peu hospitalières, qui plus est à cette période de l'année.

Et cette année, c'est John Kelly, ingénieur américain installé à Londres depuis peu qui s'est imposé après près de 88 heures d'effort non stop. John Kelly n'est autre que le 15e (et dernier) finisher de la Barkley, la course à pied la plus difficile au monde.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK