JO Tokyo 2020: un haltérophile ougandais a disparu au Japon

Des autorités locales japonaises ont annoncé vendredi qu'elles avaient perdu la trace d'un haltérophile ougandais, Julius Ssekitoleko, qui ne s'est pas présenté peu après midi, heure locale, à un test de dépistage du Covid-19 qu'il devait passer.

Ce sportif de 20 ans a disparu de l'hôtel d'Izumisano, près d'Osaka (ouest) où il logeait avec son groupe ougandais, ont annoncé dans un communiqué les autorités de cette municipalité accueillant leur camp de base.

Le jeune athlète avait été aperçu la dernière fois dans son hôtel par ses compatriotes peu après minuit dans la nuit de jeudi à vendredi, ont précisé les autorités locales, qui ont prévenu la police.

Selon un média ougandais, le Daily Monitor, Julius Ssekitoleko était sur une liste d'attente pour les JO mais a récemment perdu tout espoir de participer pour des raisons de quotas olympiques. Il devait rentrer prochainement dans son pays.

Il faisait partie du premier groupe de neuf sportifs, entraîneurs et cadres ougandais arrivés au Japon mi-juin, et dont deux membres non sportifs avaient été testés positifs au coronavirus peu après. Tout le groupe avait dû effectuer une quarantaine dans la foulée.

Des restrictions drastiques ont été prévues au Japon pour tous les participants aux JO de Tokyo (23 juillet-8 août), alors que la crise sanitaire s'aggrave actuellement dans le pays.

Les sportifs doivent notamment être testés quotidiennement et leurs déplacements sont extrêmement restreints, limités entre leurs hébergements, leurs centres d'entraînement et leurs lieux de compétition.

Quasiment toutes les épreuves des JO se dérouleront par ailleurs à huis clos, ont décidé les organisateurs la semaine dernière.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK