Les stades athèniens sont à l'abandon

Les stades athèniens sont à l'abandon
Les stades athèniens sont à l'abandon - © Tous droits réservés

Il y a 7 ans, la Grèce organisait les Jeux Olympiques les plus chers de l’histoire avec ceux de Pékin. 9 milliards d’euros dépensés. Aujourd’hui 70% des stades olympiques sont à l’abandon. Un reportage de Samy Hosni a mené l'enquête.

Ce sont les dernières images des Jeux d’Athènes 2004. La clôture d’une brillante compétition. Mais en Grèce, les lendemains de fêtes ont un goût amer. 7 ans après ces jeux, 70% des installations olympiques sont à l'abandon. Voici le stade construit tout spécialement pour le softball (base-ball féminin), un sport obscur comptant à peine quelques dizaines d'affiliés en Grèce. Il est à l'abandon comme celui-ci juste à côté dédié au hockey sur gazon. Après 2 semaines d'utilisation durant les JO, on ne sait plus trop quoi faire de ces stades.

Pour bien comprendre la situation. voici une vue à 360 degrés. Là c'est un stade loué à une équipe de foot semi-amateur. ici un stade abandonné. là aussi.  ici l'ancien aéroport d'Athènes à l'abandon. Et enfin un troisième stade inoccupé.

Une folle spirale dépensière qui ne semble pas s’arrêter car les Grecs paient chaque année 50 millions d'euros pour entretenir ces stades. Nous quittons ce décor d'apocalypse pour une nouvelle folie construite tout spécialement pour accueillir le taekwendo. 8 000 places. La Belge Laurence Raes participait à cette épreuve. Aujourd'hui l'endroit est largement sous-exploité. Une fois par mois, on le loue pour des spectacles mais cela ne couvre pas les frais d'entretien.

"Je vais vous donner un exemple: l'hippodrome. Le stade construit pour les compétions hippique durant les Jeux Olympiques près de l'aéroport Marco Polo d'Athènes. c'est l'un des plus grand d'Europe, l'un des  le plus grandiose d'Europe. Mais en Grèce, combien de personnes pratiquent le hippisme? 500, 1 000 ? Nous n'avons pas besoin d'une installation aussi grande pour les quelques amateurs d'hippisme", explique George Panayiotou du Hellenic Tourism Properties.

Ah le magnifique spectacle du beach volley en 2004. 7 ans plus tard, le complexe du Moskato est abandonné. A côté, un terrain vague gagné à prix d'or sur la mer. On a voulu construire ici un stade et un parc écologique mais on s'est rendu compte que le terrain était inconstructible. Aujourd'hui il est livré aux amateurs de moto-cross et de modélisme.

"Oui l'endroit est vraiment cool. C'est idéal , on n'est pas dérangé et l'espace est vraiment très ouvert peut même faire voler des petits hydravions car la mer est juste à côté", confie ce passionné de modélisme.

"Ces installations qui ont été construites pour les JO ont été abandonnées par les responsables politiques. Il n'y a pas eu de plan à long terme pour leur exploitation. Malheureusement on n' a vu que le court terme : construire vite pour les Jeux Olympiques et après on verra", constate Costas Moscholios, journaliste grec.

L'organisation des Jeux Olympiques a couté à la Grèce 5% de son PIB. Les J.O. ont surtout amplifié la crise qui balaie le pays pour le moment. Le cadeau tombé du ciel ressemble plutôt à une malédiction.

S. Hosny
Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK