Cédric Taymans: "Le Tournoi de judo de Paris c'est comme Roland-Garros en tennis ! On entre dans une arène…"

Cédric Taymans: "Le Tournoi de judo de Paris c’est comme Roland-Garros en tennis ! On entre dans une arène…"
Cédric Taymans: "Le Tournoi de judo de Paris c’est comme Roland-Garros en tennis ! On entre dans une arène…" - © Tous droits réservés

Le Grand Chelem de judo de Paris se déroule tout ce week-end au Palais Omnisports de Paris-Bercy. Les catégories plus légères ce samedi, les plus lourdes dimanche. Qui dit Tournoi de Paris, dit… prestige. Chaque sport a son événement incontournable, exceptionnel, mythique... Pour le judo, c'est Paris! Hors grands championnats, c’est LA compétition que tous les judokas du monde veulent gagner.

Côté belge, on suivra notamment les prestations de Charline Van Snick, Anne-Sophie Jura, Gabriella Willems, Joachim Bottieau ou encore Sami Chouchi. Toma Nikiforov est, lui, toujours en revalidation après son opération au genou. Le Champion d’Europe effectuera son retour le 24 février à Düsseldorf.

Samuël Grulois a évoqué ce fameux Tournoi de Paris avec le directeur sportif de la Fédération francophone belge de judo (F.F.B.J.), Cédric Taymans, qui y a échoué deux fois au pied du podium, cinquième en 1999 et en 2001.

Cédric, Paris, ça représente quoi pour un judoka ?

"C’est un peu comme le Roland-Garros du tennis, dans un stade où l’on ressent énormément la pression avec un public très très chaud. La première fois que l’on participe au Grand Chelem de Paris, la pression est terrible. Quand on entre dans la salle, on a l’impression de monter dans une arène !"

En termes de satisfaction, gagner une médaille à Paris, toutes proportions gardées, c’est un peu équivalent à une médaille dans un Championnat d’Europe ou du Monde ?

"Tout-à-fait, c’est vraiment ça en termes d’émotion. L’énorme public qui est là nous booste. Quand tu décroches une médaille à Paris, la satisfaction est immense car on n’a pas l’habitude de combattre devant un tel public."

Un public très… français, qui souvent prend parti. Affronter un Français à Paris, c’est chaud !

"Ah oui, c’est chaud ! Les Français adorent le sport. Ils sont très chauvins, c’est vrai. Mais ils restent globalement assez sportifs et c’est vraiment une chouette ambiance pour tout le monde."

La configuration de ce Palais Omnisports de Paris-Bercy est spéciale avec des gradins qui montent très haut et qui donnent l’impression d’être dans une cuvette. De quoi impressionner un judoka ?

"Oui, c’est possible. On évolue habituellement dans des lieux très confinés avec des spectateurs plus proches de nous. Ici, on a vraiment cette impression d’entrer dans une arène. Une fois le premier combat passé, alors ça va mieux !"

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK