Alexandra Tondeur élue triathlète belge de l'année : "2019, ma plus belle année… pour l'instant !"

Alexandra Tondeur sacrée championne du monde de triathlon longue distance
Alexandra Tondeur sacrée championne du monde de triathlon longue distance - © THIERRY DEKETELAERE - BELGA

C’est un prix qui vient récompenser une fabuleuse année 2019. Alexandra Tondeur a été élue triathlète belge de l’année vendredi soir lors d’une cérémonie à Courtrai. Championne du monde de triathlon longue distance en mai dernier à Pontevedra en Espagne, la Brabançonne a devancé Claire Michel et Laura Swannet. Deuxième l’an dernier, c’est la première fois que la triathlète de Court-Saint-Etienne décroche cette récompense. Une récompense qui lui fait énormément plaisir et qui va la booster pour sa saison 2020 qu’elle est en train de préparer à Calpe.

Alexandra, que représente pour vous ce titre de triathlète belge de l’année ?

"Je suis super fière parce que j’essaye de porter le triathlon et ses valeurs. Surtout qu’en Wallonie, on a besoin de fers de lance. C’est donc une chouette reconnaissance de la part de mes pairs."

Peut-on dire que 2019 est la plus belle et la meilleure année de votre carrière ?

"Oui c’est clairement ma meilleure année… pour l’instant ! Ma carrière n’est pas terminée (elle a 32 ans ndlr) et j’espère encore ramener de chouettes choses dans les 8-9 prochaines années. Je prends confiance en moi et en mes capacités. Au niveau de l’entraînement, j’ai mis pas mal de choses en place qui ont payé. Ici je pars sur de nouvelles bases et j’espère que je vais continuer à réaliser de bons résultats dans les prochaines années."

Ce titre, c’est motivant et encourageant pour l’année 2020 ?

"Ah oui clairement ! Ici je suis en pleine préparation et ce prix, ça me fait haut le cœur comme on dit. J’ai d’autant plus d’énergie à mettre dans mes entraînements dans les prochaines semaines, c’est sûr !"

La saison 2020, vous êtes en train de la préparer à Calpe. Comment cela se passe-t-il pour vous ?

"C’est très difficile avec des entraînements vraiment costauds. Je nage beaucoup plus qu’avant mais à côté de ça, j’essaye de garder mon travail à vélo et en course à pied. Ce qui est difficile quand on augmente autant la charge dans une discipline, c’est de pouvoir continuer à faire de la qualité dans les deux autres. J’ai eu des jours vraiment compliqués mais je suis motivée et j’ai de l’ambition. Je vais continuer à tout donner dans les prochains jours et prochaines semaines."

Vous avez changé votre méthode de travail ?

"Au niveau de la natation, j’ai complètement changé ma manière de travailler. Je suis avec un nouvel entraîneur Ronald Claes (l’entraîneur des nageurs francophones). Quand on passe de 25 kms à 40kms de nage par semaine, cela fait chauffer les épaules. Surtout que derrière, il faut continuer de bosser sur le reste. Il faut le mental pour enchaîner cinq heures de vélo après deux heures de natation. Parfois c’est un peu compliqué mais c’est comme ça, c’est le job !"

Quels seront vos prochains objectifs dans les semaines et les mois qui viennent ? Les Jeux Olympiques ?

"Non pas du tout parce que malheureusement le triathlon comme il a été pensé à la base, c’est-à-dire sous la forme Ironman, n’est pas représenté aux Jeux. J’ai décidé de me concentrer exclusivement sur le triathlon longue distance. C’est plutôt l’Ironman d’Hawaii qui est dans un coin de ma tête et qui me fait lever pour partir à l’entraînement."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK