Nina Derwael va devoir assumer son rôle de favorite à l'Euro

Nina Derwael
Nina Derwael - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Elle est la meilleure gymnaste belge de l'histoire. Première championne d'Europe belge, aux barres asymétriques l'an dernier à Cluj-Napoca en Roumanie, premier podium belge (3ème) dans ce même exercice quelques mois plus tard aux Mondiaux de Montréal, Nina Derwael aborde tout sourire les championnats d'Europe de Glasgow, jeudi prochain. Pourtant, elle a troqué son statut de grand espoir à celui de favorite avec tout ce que cela suppose.

"En tant que tenante du titre, les gens m'attendent désormais et cela met davantage de pression. Mais j'essaie de ne pas y penser. Je sais ce que je peux faire", reconnaît l'intéressée qui ne convainc pas totalement sa coach Marjorie Heuls qui la suit depuis qu'elle est junior. "Elle peut paraître cool, mais..."

A l'instar de l'autre grande championne sportive individuelle belge actuelle, l'heptathlonienne Nafissatou Thiam, la Limbourgeoise ne veut pas se focaliser sur les titres et médailles. "Je préfère me concentrer sur des objectifs de points, sur la difficulté des exercices qui doivent être réalisés pour y parvenir, et sur la satisfaction de bien les réaliser. C'est plus important que la place."

"Mon meilleur score actuel (aux barres asymétriques) est de 15.366. J'aimerais atteindre 15.400, 15.500 si je réalise un très bel exercice. Et avec un tel résultat, normalement, je peux briguer l'or. Mais je ne connais pas mes adversaires. L'an dernier j'avais gagné l'or à l'Euro avec 14.633 points. Il y a donc un gros écart avec les points que j'obtiens désormais."

Elle n'est pas non plus contraire à l'innovation. Désormais, un de ses mouvements aux barres asymétriques porte son nom ainsi que celui de la Britannique Georgia-Mae Fenton qui l'a aussi exécuté pour la première fois aux championnats du monde 2017 à Montréal : "The Derwael-Fenton". "Laisser son nom dans son sport, même longtemps après sa carrière, c'est évidemment spécial", reconnaît la Trudonnaire

Un nouveau est-il prévu ? "On est en train de le préparer pour l'avenir, mais nous n'en sommes qu'aux balbutiements" sourit la championne.

Vu ses performances (8ème au concours général aux derniers Mondiaux), elle pourrait vouloir privilégier sa carrière personnelle et s'épargner dans les épreuves par équipes. "On ne peut pas dissocier les deux. Pour elle, l'équipe est très importante", insiste Marjorie Heuls. "Nina est une compétitrice passionnée mais qui n'est pas centrée sur elle-même."

"Je soutiens l'équipe et l'équipe me soutient. Il n'y a pas de jalousie entre nous", précise à ce propos l'intéressée.

Ce qui ne l'empêchera pas de viser une médaille individuelle aux JO de Tokyo. "Les Euro et les Mondiaux sont des étapes intermédiaires pour l'équipe en vu de Tokyo, et davantage des objectifs individuels. Mais il est vrai que tout ce que nous faisons est en prévision des JO de 2020."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK