Koen Naert : "Je vais devoir regarder les images pour me rendre compte"

Koen Naert : "Je vais devoir regarder les images pour me rendre compte"
Koen Naert : "Je vais devoir regarder les images pour me rendre compte" - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Le fils de Koen Naert, tout frais champion d'Europe de marathon, n'en pouvait plus d'attendre, lundi après-midi à l'aéroport de Zaventem où son papa retrouvait le sol belge avec la plus grande partie de la délégation de l'Euro de Berlin, via un vol qui a été retardé. Il a finalement pu rejoindre les bras de son champion de père en milieu d'après-midi. Naert, visiblement aux anges, indique se sentir bien, "je sens un peu de raideur dans mes muscles, je pense que je vais courir une petite demi-heure ce soir", ajoute-t-il, mais pour le moment "ça va encore".

"Je pense que je vais devoir regarder les images, pour me rendre compte de ce que j'ai fait, là, à Berlin, hier", s'exclame le West-Flandrien de 28 ans. "La prise de conscience va peut-être venir", rit-il.

Au menu, dans l'avenir le plus proche: "trois semaines de repos relatif, et je vais reprendre deux trois kilos", répond le surprenant médaillé d'or du marathon, qui avait franchi la ligne d'arrivée en brandissant fièrement un drapeau belge. "Après ma carrière, je veux retourner à mon travail d'infirmier", ajoute-t-il quand on parle d'un avenir plus lointain. Car d'ici là, il y aura, "le prochain marathon", bien sûr, mais surtout, au niveau des championnats, "les JO de Tokyo, qui sont soulignés en rouge très foncé" dans son agenda mental.

Jusque là, il devrait continuer à s’entraîner avec le soutien de l'Adeps. "Je suis bien où je suis, je sens et j'apprécie le respect que la fédération francophone et l'Adeps ont pour moi", souligne Koen Naert. "Ils nous dirigent mais laissent aussi beaucoup de liberté", résume-t-il. Il assure ne pas avoir de rancœur par rapport à la fédération flamande, qui a arrêté de le financer il y a plusieurs années, et au sein de laquelle il admet tout de même avoir ressenti "davantage de pression" que côté francophone.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK