Kevin Borlée : "Aux 300m, je vois que l'Espagnol n'en peut plus"

Kevin Borlée : "Aux 300m, je vois que l'Espagnol n'en peut plus"
Kevin Borlée : "Aux 300m, je vois que l'Espagnol n'en peut plus" - © JASPER JACOBS - BELGA

Les Belgian Tornados sont devenus champions d'Europe du 4x400m et ont ajouté une ligne à leur impressionnant palmarès. En 10 ans, ils ont disputé 21 finales et ont décroché 10 médailles. Une longévité au plus haut niveau tout simplement hallucinante. Kevin et Jonathan Borlée ont été de tous les succès, cette fois-ci ils étaient accompagnés de Dylan Borlée et Jonathan Sacoor.

"La première place ce n’est jamais la meilleure. On se doutait que ça allait être moi et j’ai pris mes responsabilités", a commenté Dylan Borlée. "Beaucoup d’équipes avaient mis leur meilleur coureur en première position. Je savais que ça allait être une grosse bagarre et j’ai fait de mon mieux pour donner le témoin à Jonathan dans les meilleures conditions possibles". Une fois sa partie du job fait, le cadet des frangins a récupéré avant de savourer la victoire. "Quand Kevin a le témoin et qu’il revient, l’adrénaline remonte et on attend qu’une chose, c’est de pouvoir célébrer ça".

"C'est incroyable !, a ajouté Jonathan Borlée. "Depuis que mon papa a lancé ce projet avec Cédric Van Branteghem en 2008, on a participé à toutes les finales des championnats où nous étions présents. C'est une histoire incroyable, et remporter la médaille d'or aujourd'hui, c'est un sentiment particulier. Ces dernières semaines, ce n'était pas toujours la joie à l'entraînement, avec mon coude cassé, les sensations qui n'étaient pas là... Je viens peut-être de participer à mes derniers Championnats d'Europe, je ne sais pas où j'en serai dans deux ou quatre ans, j'avais donc à cœur de bien performer ici avant ces pépins physiques. J'ai essayé de rester concentré, de bosser, et ça a payé. J'en suis très content !"

Jonathan Sacoor est le dernier arrivé dans ce relais, mais il n'est certainement pas le moins talentueux. Champion du Monde junior, il a encore étalé sa classe face à Matthew Hudson-Smith, tout frais champion d'Europe du 400m. "Quand Jacques m'a dit que je courais face à lui, j'ai eu un peu peur. Mais cela m'a donné aussi un peu d'énergie. Je voulais prouver ma valeur. C'est une saison de dingue. Je suis très fier de finalement pouvoir courir avec les grands messieurs qui m'entourent. Ils m'ont donné beaucoup de confiance". Quand il a cédé le témoin à Kevin en 2e position, il était presque persuadé de l'issue de ce relais. "On sait que Kevin fait toujours un dernier tour de dingue. J'étais confiant."

Kevin Borlée a une nouvelle fois eu le bonheur de couper la ligne en premier après une dernière ligne droite dont il a le secret. "On va dire que je décélère moins que les autres. L'Espagnol est parti très très vite, je suis resté calme. Aux 300m, je vois que c'est fini. je vois que l'Espagnol (Hortelano, ndlr) n'en peut plus. Moi j'ai encore les jambes. C'est un sentiment incroyable. L'Espagne annonçait qu'elle avait l'équipe la plus forte. La Grande Bretagne voulait absolument nous battre. On a montré qu'on était fort et on est parvenu à gagner. J'avais une confiance énorme dans toute l'équipe. Tout le monde a fait un super job. On a gagné il y a deux ans. On a été capable de le faire à nouveau, c'est incroyable. Des championnats comme ceux-là, ça donne envie de repartir, c'est sûr".

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK