Un seul être vous manque...

Les mondiaux en salle de Birmingham qui s'ouvrent ce jeudi soir (et que vous pourrez suivre intégralement à partir de vendredi sur tous nos médias) s'annoncent attrayants.

Des stars mondiales, du spectacle assuré dans une salle extraordinaire et un public de fins connaisseurs. Tout est réuni pour faire de ce grand événement athlétique une réussite. Tout ? Ou presque tout... pour nous Belges. Le forfait de Nafi Thiam nous a évidemment un peu refroidi. Et ce ne sont pas les températures frigorifiques ici au centre de l'Angleterre qui y changeront quelque chose.

Notre championne olympique n'est donc pas au rendez vous mondial. Pas assez en forme, pas assez prête. Pas envie peut être? La salle n'a jamais été son truc. Pourtant vu la concurrence une médaille mondiale lui tendait les mains. Bien sûr l'objectif 2018 de la Namuroise est fixé sur l'été et les championnats d'Europe de Berlin en août. Mais son absence peut aussi être interprétée comme un petit coup de gueule. Je m'explique... dans ses récentes interviews Nafi à laissé clairement entendre que ses conditions d'entraînement en hiver laissaient à désirer. Qu'elle n'avait pas pu se préparer au mieux notamment à la longueur par exemple. Et que son semi échec au championnat de Belgique était un peu lié à cela. Coup de gueule disais-je. Peut être bien...

Avec en filigrane le message suivant : je suis championne olympique et les conditions d'entraînement en hiver dans notre pays sont indignes. Je marque donc le coup en ne me déplaçant pas aux mondiaux. 

Ce n'est qu'une théorie mais elle me semble tenir la route.

Un relais à quatre

Reste donc une délégation un peu rikiki. Même si les Tornados chercheront à décrocher une 20e grande finale dans un palmarès déjà bien fourni. Objectif : Une troisième présence dans une finale de 4x4 en salle (argent en 2010 et 6e place en 2016). Pour cela, il faudra d'abord franchir le cap de la demi finale samedi avec seulement 4 athlètes. Car Michael Rossaert, le seul réserviste qui devait faire le voyage,  s'est blessé gravement avant de partir. Jacques Borlée n'a donc aucune solution de rechange en cas de pépin physique de l'un des quatre relayeurs. À moins que Robin Vanderbemden (qui avait décliné sa sélection) ne prenne un avion en urgence. Mais on en est pas là. À charge donc pour le néophyte Jonathan Sacoor (18 ans) de faire le boulot aux côtés des 3 frères Borlée. Pour son premier grand championnat mondial comme titulaire chez les seniors c'est une fameuse responsabilité. Mais Le gamin a de l'aplomb et semble serein.

Eline... et de 5 !

Reste Eline Berings, l'increvable. À 31 ans notre hurdleuse vivra son 5e championnat du monde en salle (demi finale en 2008, 2010 et 2014 et 5e de la finale en 2012). Ce sera également son 17ème grand championnat chez les seniors. Incroyable longévité, ténacité même. Son objectif : grimper en demi-finale dans cette salle où elle avait connu ses premières émotions en 2007 lors d'un euro en salle où elle avait finit 8e.

Bref peu de Belges mais une compétition dense et riche à la fois. À suivre de vendredi à dimanche sur La Deux et tous nos médias.

See you

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK