Un requin en plein Paris...

Cela s'appelle le GPS Drawing, ou GPS Art.  C'est une pratique récente, mais à la mode, et qui arrive en Europe.  
Le GPS Drawing, c'est le fait de réaliser des dessins sur une carte, la carte d'une ville par exemple, grâce aux données GPS de son parcours, effectué à vélo ou à pied.   
On pouvait déjà visualiser son parcours grâce au GPS, après avoir fait son jogging, pour analyser sa performance.  Mais là, en planifiant bien son itinéraire, on peut faire en sorte que son parcours représente quelque chose.  On peut faire du vélo en dessinant un vélo sur la carte d'une ville, si on veut.  Il y a maintenant des applications, comme Strava, qui peuvent aider l'apprenti-artiste.
Parce que oui, le GPS Drawing peut être considéré comme de l'art.  Cela sert à quoi ?  A rien, selon certains.  C'est la grande question, l'art est-il utile ?  Oui, l'art sert à créer et à montrer quelque chose de joli, d'original.  Ici, on peut dire que les dessins sont jolis et originaux.  Et puis, dessiner en faisant du sport, cela peut servir à moins s'ennuyer en courant, à se motiver et à faire plus de kilomètres.  Ce n'est même pas de l'art éphémère, puisqu'il n'est pas réel.  Il n'existe pas ailleurs que sur une carte.  Mais c'est valorisant pour celui qui le réussit sa performance. 

La pratique est récente, puisqu'elle fait appel au GPS.  On dit que l'art par GPS a été inventé le 1e janvier 2015, par le Canadien Stephen Lund.  Il voulait fêter la nouvelle année d'une façon originale.  Il a donc fait un petit tour à vélo en cherchant à créer un dessin.  Lui, il appelle cela du "griffonnage par GPS", et il est devenu le maitre de la discipline.  Il a, depuis, dessiné des dizaines et des dizaines d'animaux, de personnages et d'objets. 

"S'il te plait, dessine-moi un mouton... ou un requin"...  

Si l'on parle du GPS Drawing en ce moment, c'est parce que cette nouvelle mode arrive près de chez nous.  Une Française, Marine Leleu, vient de réussir une oeuvre dont on parle beaucoup en ce moment.  Elle a dessiné un requin sur la carte de Paris.  Le nez de l'animal arrive au Bois de Boulogne.  Et l'oeil, c'est le Rond-Point de l'Etoile, autour de l'Arc de Triomphe.  Marine Leleu avait d'abord pensé dessiner une citrouille, Halloween oblige, mais elle a renoncé, parce qu'il était trop difficile de tracer quelque chose de rond en parcourant les rues parisiennes.  
Et, contrairement à Stephen Lund, elle n'était pas à vélo, mais elle a marché.  Elle a parcouru 50 kilomètres en un peu plus de 10 heures.  Pourquoi l'a-t-elle fait en marchant et pas en courant ?  Parce qu'elle est blessée en ce moment, et qu'elle a entrepris son expérience parisienne pendant sa revalidation.  
Marine Leleu est une excellente sportive.  Il y a quelques mois, elle a réussi l'Enduroman, un triathlon de l'extrême, entre Londres et Paris, avec 144 km de course, la traversée de la Manche à la nage, et 290 km à vélo.  
Donc, 50 kilomètres à pied, cela peut paraître très facile pour elle.  Peut-être, mais elle a souffert du froid.  Et elle a surtout eu peur d'échouer.  Elle avait bien préparé son parcours, sur une carte, mais elle s'est méfiée jusqu'au bout.  Parce que vous pouvez rater votre dessin si votre GPS ne capte plus pendant quelques instants.  Si vous vous trompez de route, votre dessin est faussé.  Si vous aviez prévu de traverser un parc et que la grille d'entrée est fermée, vous ratez un aileron, une queue, un museau.  Marine Leleu n'a rien connu de tout cela, et elle a réussi son requin.  
Et les règles de sécurité ont été respectées.  Les adeptes du GPS Drawing ont une priorité, ne jamais prendre de risque, en faisant un dessin en pleine circulation, que ce soit à vélo ou à pied.  Cela ne vaut vraiment pas la peine de se faire renverser par une voiture, pour un dessin de girafe ou de clown...

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK