Running in the rain

Running in the rain
Running in the rain - © Tous droits réservés

On a comptabilisé jusqu’à 30 cas d’athlètes malades mais l’épidémie de gastro-entérite est en voie de disparition aux Mondiaux de Londres. Même le convalescent Kevin Borlée s’est entraîné ce matin et c’est évidemment de bon augure en vue des séries du relais 4 X  400 mètres de samedi.

Le Botswanais Isaac Makwala, lui aussi, s’estimait prêt pour reprendre du service. Hier soir, il s’était d’ailleurs présenté à l’entrée des athlètes du stade olympique afin de participer à la finale du 400m dont il était un des favoris … derrière l’intouchable Wayde Van Niekerk. Mais il en a été empêché (des images quelque peu surréalistes ont circulé hier soir sur les réseaux sociaux) puisque la délégation médicale de l’IAAF s’est appuyée sur la procédure de santé public d’application en Grande-Bretagne, pour le mettre en quarantaine 48 heures vu qu’il était contagieux. Comme toujours, l’esprit et la lettre d’un règlement.

La veille déjà, lors des séries du 200m, Makwala avait du déclarer forfait après avoir vomi sur la piste d’échauffement qui jouxte le stade. Mais, finalement, il sera autorisé à courir seul ce soir sa série du 200m pour se qualifier pour les demi-finales … histoire de ne pas être venu pour rien dans la capitale britannique.

Outres les problèmes gastriques des uns ou des autres, le très drôle "one man show" du Français Pierre-Ambroise Bosse en interviews après son succès dans le 800m, les formidables qualités gymniques de la mascotte de ces championnats, le hérisson "Hero", l’efficacité du speaker du stade Iwan Thomas (champion d’Europe en 1998 du 400m et brillamment reconverti en animateur TV à la BBC), ce qui fait le "buzz" aujourd’hui à Londres c’est évidemment cette météo….toute automnale et qui n’est pas sans rappeler les conditions météo des Mondiaux 2005 à Helsinki.

La pluie n’arrête pas de tomber ce mercredi mais cela ne ... douche pas l’enthousiasme des spectateurs britanniques qui continuent à rallier, chaque soir, en rangs serrés les travées du stade olympique. Ils seront encore près de 60.000 tout à l’heure pour la sixième soirée de ces 16èmes Championnats du Monde malgré le prix des places parfois élevés, jusqu’à 155 livres le ticket pour les sessions de week-end. Mais il est vrai qu’ici, finalement, tout est cher.

Thierry Luthers

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

Recevoir