Dylan Borlée : "On doit continuer à s'entrainer dur. Sans quoi, on va le payer cher l'année prochaine"

Dylan Borlée
Dylan Borlée - © Belga Image - RTBF.be

Les Insta Live RTBF Sport, ce sont des rendez-vous, durant le confinement consécutif au coronavirus, avec des sportives ou sportifs belges. Ce lundi, nous recevions Dylan Borlée.

" Cette période de confinement est, comme pour tout le monde, un moment compliqué à gérer mais je n'ai pas à me plaindre. J'ai la chance de pouvoir m'entrainer. Et le reste de la journée, j'en profite pour passer du temps avec ma copine, regarder des séries et jouer à la PlayStation."

Des journées un peu plus calmes qui s'avèrent également salvatrices. "On profite de cette période pour récupérer psychologiquement. Il y a fatalement moins de tensions en ce moment que lorsque l'on doit préparer une compétition. Avec l'annulation des JO et de l'Euro, on a pris un coup au moral. Mais on doit absolument continuer à s'entrainer. Sans quoi, on va le payer cher l'année prochaine. Mais, en toute logique, il y a moins d'adrénaline. Niveau temps, on est d'ailleurs un peu moins performant à l'entrainement ".

Des entrainements qu'il a fallu repenser. " On a beaucoup discuté avec mon père (NDLR: Leur coach Jacques Borlée). Ce n'était pas évident car, en années olympiques, on bosse beaucoup. Et là, suite à l'annulation, on a du tout arrêter. Et puis, il y a aussi toutes les mesures de précaution que l'on doit respecter. On contrôle notre température. On se lave régulièrement les mains. Mais ce n'est pas toujours très simple de changer ses habitudes, surtout avec ses frères. Mais on essaye de bien garder nos distances".

Néanmoins, Dylan Borlée se veut optimiste. Le sport finira bien par retrouver ses droits. Et pas seulement pour les sportifs de haut niveau mais pour les jeunes aussi. Des jeunes qui trépignent d'impatience de pouvoir reprendre le sport. " Il faut malheureusement accepter cette situation. Sportif ou pas, c’est difficile pour tout le monde. Il faut rester positif. Un petit conseil? Quand on va pouvoir enfin reprendre, il faudra y aller doucement. Ne pas vouloir trop vite retrouver son niveau. Et prendre du plaisir ".

En attendant, Dylan Borlée et ses équipiers du relais ont déjà les yeux tournés vers les JO. "Avec l’esprit de compétition qui est le notre, je ne peux que penser que nous serons encore meilleurs l'année prochaine. On va bosser pour l'être en tout cas. La médaille olympique reste l’objectif. On est pas passé loin à Rio."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK