Rebondissement dans l'affaire Claude-Boxberger : son beau-père nie l'injection d'EPO

Ophélie Claude-Boxberger
Ophélie Claude-Boxberger - © SEBASTIEN BOZON - AFP

Nouveau rebondissement dans l'affaire de dopage de l'athlète Ophélie Claude-Boxberger: son beau-père Alain Flaccus, qui s'accusait jusque là de lui avoir injecté de l'EPO à son insu, a changé sa version et indiqué à l'AFP vendredi qu'il n'avait jamais commis un tel geste.

"Je ne suis pas à l'origine de cette analyse positive à l'EPO", a répondu par écrit M. Flaccus, via son avocat, interrogé par l'AFP sur son acte.

"Monsieur Flaccus n'a pas fait d'injection à Mme Claude-Boxberger", a ensuite précisé au téléphone son avocat Me Jean-Baptiste Euvrard, jetant le trouble sur cette affaire rocambolesque.

La spécialiste du 3.000 m steeple Ophélie Claude-Boxberger avait été contrôlée positive à l'EPO le 18 septembre 2019 lors d'un stage à Font-Romeu, précédant sa participation aux Mondiaux de Doha quelques semaines plus tard (élimination en séries).

L'athlète, qui clame son innocence, est suspendue provisoirement depuis le 4 novembre et attend sa convocation par la commission des sanctions de l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD). Elle risque quatre ans de suspension.

"C'est une nouvelle effarante, a indiqué à l'AFP Me Laurent Clauzon, l'avocat d'Ophélie Claude-Boxberger. Sur le fond il va falloir qu'il donne de sérieuses explications."

"Il est en train d'essayer de sauver sa peau (...) c'est une énorme surprise", a-t-il continué. "C'est bizarre, j'ai du mal à réaliser", a ajouté Ophélie Claude-Boxberger, jointe par l'AFP.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK