Perche : Chloé Henry privée de Championnats de Belgique d'athlétisme en salle : "Injuste et discriminatoire"

Deux perchistes seulement sont inscrites au concours des championnats de Belgique en salle samedi à Louvain-la-Neuve. Fanny Smets, détentrice du record de Belgique (4m51), et la jeune Bertrigeoise Lola Lepère, 15 ans. Mais pas Chloé Henry, pourtant deuxième performeuse belge avec un bond à 4m33 en salle et 4m42 en plein air.

L'athlète de l'Excelsior, 33 ans, parle de "discrimination", d'autant que les championnats de Belgique rapportent beaucoup de points pour le classement mondial en vue d'une qualification pour les Jeux Olympiques de Tokyo (et d'autres évènements internationaux).

Chloé Henry ne figure pas parmi les inscrites parce qu'elle ne dispose pas d'un contrat de sportif d'élites au sein de l'une des trois régions. "Je ne suis pas dans les critères et même si je réussis des performances maintenant, ce ne serait que pour l'année prochaine", a expliqué Chloé Henry à l'Agence Belga ce jeudi et qui parle de discrimination.

"Je ne suis pas acceptée pour une raison qui n'est pas sportive. Je suis la deuxième perchiste belge et je ne comprends pas pourquoi je ne peux pas disputer les championnats. Elles ne sont que deux. Fanny et la jeune de 15 ans, qui est très bien, mais qui saute 4m00 (3m85 en salle, ndlr) et à qui on donne carrément les points pour le classement olympique. C'est mon objectif d'aller à Tokyo, mais le temps presse et il est très difficile de trouver des compétitions. En salle, il n'y a plus rien après ce week-end. Si, les Championnats d'Europe, mais après il faut aller chercher des compétitions internationales, et comme Belge en plus, c'est très compliqué de voyager à cause des mesures de restrictions".

Une décision qui la prive donc de précieux points en vue de la qualification pour Tokyo mais qui tue également tout suspense pour ces championnats de Belgique de saut à la perche. Fanny Smets est elle aussi perdante selon Chloé Henry : "Je pense que ça aurait été un beau duel et que ça aurait été bien pour elle d'avoir quelqu'un qui la pousse à se battre jusqu'au bout. D'autant plus que nous étions proches l'une de l'autre en termes de performances ces dernières semaines".

Chloé Henry cherche une solution pour tout de même participer aux championnats de Belgique, mais le délai pour se retourner est très court. "Cela s'est fait en dernière minute. Sans communication aux athlètes, sans aucune transparence. J'ai interpellé la LBFA, le COIB a tenté d'intervenir aussi sur la fédération, en vain pour l'instant. C'est très frustrant, injuste et c'est clairement de la discrimination. En plus, je ne vois pas pourquoi en raison de la crise sanitaire, l'on ne pourrait pas accueillir quelques athlètes en plus. Les championnats de Belgique devaient se tenir sur deux jours (samedi et dimanche) avec environ 80 athlètes. Mais vu le nombre de désistements, cela se fait sur un jour (samedi) avec 54 athlètes. Il y a des disciplines où il n'y a qu'un inscrit (comme Nafi Thiam à la longueur, ndlr), à la perche elles sont deux et dans d'autres, il n'y a même personne. J'ai demandé à voir le protocole, cela doit être public, là non plus il n'y a pas de transparence. Au meeting IFAM de Gand, sur un jour, ils ont pu faire concourir 144 athlètes samedi dernier."

Chloé Henry n'exclut pas de porter l'affaire en urgence devant la justice civile, même si le délai est désormais court et qu'il faut engager des moyens.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK