"Pas un super jour" concède Bart Aernouts, neuvième à Hawaï

"Pas un super jour" concède Bart Aernouts, neuvième à Hawaï
"Pas un super jour" concède Bart Aernouts, neuvième à Hawaï - © DAVID PINTENS - BELGA

Avec un cinquième top 10 en huit participations à la finale du circuit Ironman, samedi à Hawaii, Bart Aernouts s'estime satisfait de sa journée qu'il a passée à remonter des concurrents après une mauvaise natation. Sorti en 35e position des eaux turquoises de l'Océan Pacifique, à presque dix minutes des leaders, l'Anversois de 35 ans a ensuite entamé une remontée à vélo. Débutant son marathon à la 17e place, il a finalement bouclé l'épreuve en 9e position, à plus de 21 minutes du vainqueur allemand Jan Frodeno.

"J'ai connu un mauvais départ en natation", a commenté le vice-champion de 2018. "Tout le monde a été un peu surpris par la procédure de départ. Je me suis vite retrouvé à l'arrière dans un petit groupe d'attardés. Personne ne voulait prendre la direction et j'ai dû nager seul", a regretté Aernouts, habitué à sortir de l'eau loin de la tête de course.

"Cela n'a pas joué sur mon moral, je suis resté positif, même si les conditions, avec le vent, étaient plus difficiles que l'an dernier. Mais c'est ainsi pour tout le monde. Mon vélo fut dans mes espérances. J'ai juste connu un moment plus difficile entre les 100 et 130 kilomètres, avec quelques crampes aux jambes. Quant à mon marathon, je me suis senti moins bien au début. J'ai ensuite réussi à rester dans une allure régulière, mais je n'ai jamais eu de supers sensations. En conclusion, je dirais que ma journée était OK, mais que ce n'était certainement pas un super jour", a résumé le triathlète de Lubbeek.

Aernouts est le seul médaillé de l'an dernier à avoir terminé la course. Le vainqueur allemand Patrick Lange et l'Ecossais David McNamee, 3e en 2018, ont en effet abandonné durant le vélo, tandis que chez les dames, la quadruple tenant du titre Daniela Ryf a connu une défaillance inhabituelle, terminant à la 13e place, à près d'une heure de son record de l'épreuve.

"C'est ce qui fait la beauté de ce sport et de cette épreuve. On reste tous des humains. Cette course est spéciale. Elle est très dure, mais cela peut et doit l'être. Tout le monde va jusqu'à la limite", a ponctué Aernouts qui est toujours partant pour revenir sur Big Island. "Je reviendrai jusqu'à ce que je connaisse à nouveau un super jour...", a-t-il en effet conclu.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK