"On fait beaucoup trop de kilomètres pour aller s'entraîner : à Bruxelles, il n'y a pas de piste de qualité"

Les frères Borlée, une carrière et un parcours exceptionnels, et la concrétisation au championnats sportifs européens de Glasgow. Vendredi Kevin et Jonathan décrochent l’argent et le bronze en individuel, le lendemain ils décrochent l’or en relais 4x400m.

Invité de la Première mardi matin, Jacques Borlée, le père et entraîneur des frères Borlée, est fier de leurs performances"Après le passage de la ligne je les ai regardés, je les ai vu s’embrasser, j’ai quand même eu les jambes qui tremblaient. Samedi soir on a fait la fête avec beaucoup de simplicité. On était sur les tables, on dansait, c’était très chaleureux."

"Un très grand moment"

Pour lui, les résultats de vendredi étaient avant tout une délivrance. "Si je n’ai pas mes deux fils sur le podium le vendredi, c’est que j’ai un gros problème pour le lendemain. Plusieurs fois, Jonathan a terminé 4ème dans les Championnats du Monde ou d’Europe et il avait vraiment envie de pouvoir aller chercher le Graal. Je sentais que le lendemain (samedi) on allait faire un exploit."

Il précise pourtant qu'il ne s'agit là que d'une étape. "Ça a été un très grand moment, au delà des médailles. C’est l’ambiance de cette semaine entre francophones, flamands, athlètes et coachs. C’était très réjouissant."

Et il pense déjà au futur: "Le but c’est d’aller plus haut. On a deux années très importantes avec les mondiaux à Doha au Quatar,  puis les qualifications aux Jeux Olympiques. Ce sera un moment important qu’il faudra préparer, en allant en stage aux USA avec les équipes féminines et masculines."

Avec 10 médailles en 10 années passées au plus haut niveau les relayeurs belges affichent un parcours exceptionnel. "Si on dure comme ça depuis 10 ans c’est qu’on a une très haute technologie. On travaille sur les neurosciences. Et puis tous les jours sur les fascias, l’harmonisation du corps." 

Mais c'est aussi, selon lui, "arriver à créer la fierté, c’est rester sur les valeurs dans le calme et la sérénité." 

Les Borlée, une "stratégie tribale"

Il en est certain, "c’est dans le mental que se gagne la compétition, à 60%, 70%". Il ajoute que "quand on part dans les stages, il faut trouver des lieux agréables pas trop chers : Afrique du sud, tenerife, USA."

Et pas question d’avoir recours à des anabolisants, ni "tout ce qui fait du tort au niveau du corps. C’est un des grands fléaux de notre sport et il faut le combattre. En Europe on voit qu’il y a de plus en plus de contrôles, mais il y a encore moyen de tricher. C’est dramatique. Je parle de grâce et d’élégance plutôt que de créer des muscles et des athlètes pas tout à fait normaux".

19 médailles belges au total au Glasgow, un exploit et un couronnement pour le sport belge: "On est fort aidé par Sport Vlanderen et par l'Adeps et la technologie mise autour de ça, par de nombreux coachs, fait qu'il y a des athlètes qui parviennent à performer. On met l’athlète au centre des préoccupations, puis il y a des experts qui bossent avec eux et on arrive à des résultats assez incroyables quand les fédérations, les systèmes ne se mettent pas au centre." 

Les Borlées, une petite PME familiale, selon l'expression, et surtout une "stratégie tribale". "Il faut créer des soutiens importants pour protéger l'athlètes et les coachs. ça doit être réfléchi avec des gens qui comprennent le sport de haut niveau. Et il y encore beaucoup de soucis à améliorer." 

Manque d'infrastructure

Et pour lui, en Belgique, la plus grosse problématique reste le manque d'infrastructures. "On fait beaucoup trop de kilomètres pour aller s'entraîner. A Bruxelles, à part le stade Roi Baudouin, il n'y a pas de piste de qualité. Les pistes ne résistent pas, donc on doit aller à Louvain-la-Neuve (Blocry)."

L'an prochain, on y retrouvera une toute nouvelle piste indoor, sur laquelle les frères Borlée pourront s'entraîner. "Ce sera le plus beau centre européen d'athlétisme avec la foret, la piscine et la piste outdoor. Il y aura le judo qui va bientôt aussi s'y installer. Ce sera un lieu ou les sportifs francophones vont se réunir et on va pouvoir partager nos expériences et technologies."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK