Mon boss me paye ma séance de sport!

Temps de midi sportif pour le garage Quevrain
2 images
Temps de midi sportif pour le garage Quevrain - © Tous droits réservés

C'est très tendance en ce moment. Il n'est pas rare que les employés consacrent leur temps de midi à du jogging ou de la natation. Mais dans la plupart des cas... Ça part d'une initiative personnelle!

Ce qui est nouveau... C'est que c'est le manager lui-même, le patron qui organise et paye la séance de sport de ses employés.

Meilleure cohésion de groupe, meilleur rendement, bien-être au travail... Les bénéfices sont multiples.

Au garage automobile Quevrain, à Erpent (Namur) le patron a fait le pari du sport. Deux fois par semaine, ses employés sont invités à courir, faire du fitness, du spinning,... Pour le plus grand bonheur du mécanicien Philippe, éreinté par plus de 30 ans de carrière. "J'ai besoin de me sentir mieux. Faire 1 heure de sport, deux fois par semaine, ça fait un bien fou!"

Cohésion de groupe

Il y a le bien-être personnel... Il y a aussi l'ambiance de groupe. Mine de rien suer, bouger, rigoler ensemble ça resserre les liens. "On sent qu'on se rapproche différemment des collègues. C'est plus agréable. On se voit autrement. On a fait du sport ensemble, la relation est différente."

Une cohésion alimentée par le moniteur. "L'approche est différente d'une simple séance de fitness. Ici on privilégie le travail de groupe. Je les mets par deux. Ils peuvent s'entraider. Je change aussi régulièrement les paires pour que tout le monde se côtoie."

Prendre sa douche avec son boss!

Forcément quand on change les paires, à un moment, on tombe avec son patron! "On savait qu'il était sportif. Mais c'est quand même très drôle de le croiser dans le vestiaire, dans les douches."

Coût des deux séances de sport par semaine et des conseils d'une diététicienne pour le patron Jean-Claude Quevrain: 1.000 euros par travailleur par an: "Vous savez parfois, offrir une petite augmentation de salaire, ça passe un peu inaperçu. Tandis qu'ici offrir carrément un programme sportif toute l'année, ça a déjà une autre valeur. On a commencé le programme en avril. Je vois déjà les effets positifs. L'après-midi, mes employés sont plus détendus, plus concentrés aussi sur leur travail."

Et les collègues non sportifs?

Il y a tout de même un grain de sable dans cette belle mécanique: vu que le garage doit rester ouvert sur le temps de midi... Les employés qui ne font pas de sport doivent compenser l'absence de leur collègue. "Au départ, c'était notre grande crainte au niveau organisationnel," reconnait Jean-Claude Quevrain. "Mais pour le moment tout se passe bien. Il y a une belle solidarité. J'espère même qu'à l'avenir, tous mes employés se joindront au programme."

Un programme sportif au départ suggéré et encadré par la CCI, la Chambre wallonne de Commerce et d’Industrie.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK