Les chaussures 'magiques' de Kipchoge, du dopage technologique ?

Des chaussures de course à pied peuvent-elles être considérées comme du dopage technologique ? Une question délicate qui fait polémique dans le milieu depuis ce fameux week-end historique pour le marathon il y a dix jours.

Le 12 octobre dernier, le Kényan Eliud Kipchoge est passé sous la barre mythique de deux heures sur le marathon. Le lendemain, sa compatriote Brigid Kosgei explosait de près de quatre minutes le record féminin. Les deux athlètes portaient la toute nouvelle basket révolutionnaire de Nike, la ZoomX Vaporfly Next. "Sa particularité, c’est le poids. Sa deuxième particularité, c’est l’intégration d’une plaque en carbone. Elle va donner un dynamisme incroyable à cette chaussure, on le voit directement. C’est une technologique qui se répand actuellement auprès d’autres marques", explique Christophe Thomas, patron de la chaine d’article de sports ‘Trakks’.

La chaussure réduit les pertes d'énergie lors des impacts au sol et maximise le retour d'énergie dans la foulée. "Le discours de la marque est de dire qu’on va avoir une dépense d’énergie qui va être de 4%. On annonce, pour des modèles à venir, 6 ou même 8% d’économie d’énergie. On considère, de ce fait, que les coureurs vont courir autant de pourcents plus rapidement", poursuit Christophe Thomas. John, joggeur amateur s'est laissé tenter par cette nouvelle basket. Il devrait améliorer ses performances de 4 à 5 minutes sur le 10 km qu'il court régulièrement. "C’est une sensation d’amorti. J’ai l’impression que ma foulée est beaucoup plus simple", raconte-t-il.

Plusieurs athlètes de haut niveau qui n'ont pas de contrat avec la marque américaine ont déposé plainte à la fédération internationale d'athlétisme pour dopage technologique en vue d'interdire cette basket. Comme la fédération de natation avait interdit en 2010 les combinaisons de bain en polyuréthane. Cette matière plastique améliore la pénétration dans l'eau et la flottabilité du nageur. "Quand on parle de dopage, il faut parler de règles et surtout enfreindre une règle établie. Il n’y a pas vraiment de règle à ce niveau, c’est assez flou donc on ne peut parler de dopage mécanique ou technologique actuellement", nuance Frédéric Xhonneux, consultant athlétisme RTBF.

La fédération internationale vient de créer un groupe d'expert composé d'athlètes et de scientifiques pour définir d'ici la fin de l'année un cadre légal pour une équite parfaite entre tous les coureurs.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK