Le 400 mètres en difficulté ?

Le 400 mètres en difficulté ?
Le 400 mètres en difficulté ? - © JASPER JACOBS - BELGA

Les mondiaux de Doha approchent à grands pas (27 septembre-6 octobre). Dans moins d’un mois le Qatar accueillera la délégation belge. Avec en ligne de force Nafi Thiam mais aussi les "Tornados". Nos relayeurs, déjà qualifiés pour ces mondiaux avec le 4x4, courent toujours après une qualification individuelle. Celle-ci tarde à tomber. Faut-il s’en inquiéter ?

Une saison particulière

Il faut d’abord insister sur cette saison atypique. Des mondiaux décalés fin septembre (au lieu de mi-août), cela perturbe les athlètes, les coachs. "C’est assez spécial, dit Jacques Borlée, Les Américains comme les Bahaméens ou les Jamaïcains n’ont rien changé à leurs habitudes. En avril, ils faisaient des performances invraisemblables… et ils ont continué en mai, en juin, en juillet. Ne seront-ils pas essoufflés à Doha ? Et puis en Europe, tout le monde a décalé sa préparation et est assez perturbé. En 400 m, seuls jusqu’ici trois Européens ont fait les minima de 45’30. Les repères ne sont pas bien ajustés." Mais tout ça peut encore se corriger car, entre la date de clôture de la sélection (c'est-à-dire le 6 septembre, jour du Mémorial Van Damme) et les mondiaux, il y a encore 3 semaines de préparation. "Oui, 3 semaines avec un très bon foncier, cela veut dire qu’on devrait arriver à Doha en très grande forme et l’espoir de faire quelque chose d’exceptionnel avec le relais."

Jonathan Sacoor ne tient pas un autre discours : "C’est bizarre. C’est la première fois que je dois diviser ma saison en deux. D’abord avec un pic en mars (pour l’Euro en salle), en avril (pour la saison américaine) et en mai (mondiaux de relais de Yokohama), puis une coupure avant de repartir pour préparer Doha. On apprend mais je pense qu’on a bien géré et puis on verra comment les autres ont fait. Mais les Américains ont performé tout l’été. Seront-ils au rendez-vous ?"

 

L’individuel au second plan ?

A ce jour le meilleur chrono de la saison est pour Dylan Borlée (45’74). Le seul des Tornados à être descendu sous les 46 secondes. Vient ensuite Kevin Borlée (46’07), Jonathan Sacoor (46’09), Jonathan Borlée (46’41). Des chronos insuffisants pour une qualification mondiale en individuel (minima fixés à 45’30). Les frères et les autres courent donc toujours derrière un chrono rassurant. "Les performances ne descendant pas encore. Kevin a eu de gros problèmes (tendon) et il arrive en forme. Jonathan est très bien à l’entraînement mais ne trouve pas la bonne carburation en compétition. J’espère qu’il la trouvera au Van Damme. Il faut trouver le calme et la sérénité. Et puis Jonathan Sacoor a des problèmes de sensation, de perception dans sa course. On y travaille. Après le Memorial, il restera 3 semaines pour arriver à Doha en très grande forme et y faire quelque chose d’exceptionnel avec les Tornados." Jacques Borlée ajoute qu’il n’est pas inquiet. Nous non plus car si une qualif individuelle apporte toujours à l’athlète de la confiance, celle-ci n’est qu’un must. Car, on le sait, la seule chance de décrocher une médaille sur le tour de piste repose sur les épaules du relais et non sur un seul relayeur.

Pas de panique !

Jonathan Sacoor reste serein lui aussi : "En compétition on connaît quelques difficultés pour retrouver les sensations. Mais les performances ne sont pas représentatives de notre état de forme. A l’entraînement on est tous très bien, tout se met en place… et puis il est tout à fait possible de réussir les minima. Que ce soit Dylan, Kevin, Jo ou moi… On va tout essayer pour y parvenir."

On l’a donc compris, personne ne panique à ce stade. Et il n’y a pas lieu de le faire. Même si, depuis les Jeux de 2008, il y a toujours eu dans les grands championnats… au minimum… un membre de la famille Borlée engagé sur le 400 individuel. A une exception près… l’Euro 2012 où le clan avait décidé (à quelques mois des Jeux de Londres) de faire l’impasse pour se concentrer sur le relais. Ce serait donc un événement si aucun d’entre eux ne se qualifiait avant la date butoir du 6 septembre. Restent deux occasions pour y parvenir : ce prochain week-end au championnat de Belgique (finale à 14h50 au Stade Baudouin) et le vendredi suivant au Memorial. Le compte à rebours est lancé.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK