La confirmation Thiam, la révélation Sacoor, le bonheur partagé des Borlée, la belle année de notre athlé

La confirmation Thiam, la révélation Sacoor, le bonheur partagé des Borlée, la belle année de l'athlé
La confirmation Thiam, la révélation Sacoor, le bonheur partagé des Borlée, la belle année de l'athlé - © Tous droits réservés

2018 restera gravé dans les mémoires. Emportés dans la spirale du succès d'un été fantastique pour nos sportifs, nos athlètes ont brillé. De Thiam à Sacoor, de Berlin à Tampere, l'or a été au rendez-vous. A côté de la reine incontestée des épreuves combinées et de la plus grande promesse de notre athlé, les médailles se sont enchaînées. La Belgique a compilé 6 podiums en Allemagne, une moisson historique dans notre pays dans un Euro. A la veille de la cérémonie du Spike d'Or, retour sur une année fantastique.

 

La triple couronne de la reine Thiam

Nafissatou Thiam a comblé un manque dans son impressionnant palmarès. Déjà championne olympique et championne du monde, la Namuroise a décroché le titre européen de l'heptathlon sur la piste de Berlin. Tout au long des deux jours de compétitions, l'athlète mondiale de l'année 2017 a démontré toute sa force de caractère. Habituée à dominer la concurrence et à aligner les records personnels, Nafi a cette fois dû se battre avec elle-même et se faire violence pour aller chercher l'or (6816 pts, 2e total de sa carrière). C'est dans la difficulté que l'on reconnait les grandes championnes, Thiam en est assurément une. Elle avait auparavant réalisé le doublé à Götzis, flirtant avec le record d'Europe jusqu'au javelot.

Les Tornados au rendez-vous

Notre 4x400m fait partie des traditionnels pourvoyeurs de médailles. Avec le bronze mondial cet hiver et le titre européen cet été, les Tornados n'ont pas dérogé à la règle et ont prolongé une succes story. En dix ans, ce relais a compilé 21 finales et dix "plaques" internationales. Et c'est loin d'être fini.

Avec le quatuor Dylan Borlée, Jonathan Borlée, Jonathan Sacoor et Kevin Borlée l'équipe n'a jamais semblé aussi forte. La démonstration en finale de l'Euro a été étincelante (2'59"47 avec près d'une seconde d'avance sur la Grande Bretagne). Reste à obtenir la consécration au niveau planétaire à Doha ou Tokyo.

 

La surprise Naert

De tous les titres remportés à Berlin, celui de Koen Naert est certainement le plus inattendu. Le marathonien de l'Excelsior faisait partie des outsiders. Mais de là à le voir s'imposer dans les rues de la capitale allemande, il y avait quand même de la marge. Naert a en plus ajouté la manière. Il a "amorti" les accélérations du Suisse Tadesse Abraham, avant de s'envoler vers la victoire avec brio (2h09'51"). Il rejoint Karel Lismont, dernier Belge champion d'Europe sur les 42,195 km. On associera Bashir Abdi, 2e du 10.000m (28'11"76), à la belle réussite du fond noir-jaune-rouge.

Sacoor, un été plein de promesses

Jonathan Sacoor avait montré la voie à la mi-juillet. Le sprinter de Halle a illuminé la cité finlandaise de Tampere de sa classe. En un tour de piste, il a étalé son talent et a pris rendez-vous avec l'avenir. Au bout d'une dernière ligne droite de feu, la pépite de l'OEH a claqué un chrono phénoménal (45.03, deuxième chrono européen junior de tous les temps) et a écrit son nom en lettres d'or dans l'histoire de l'athlétisme belge en devenant le premier belge champion du Monde junior. Il a continué sur sa lancée à Berlin où il a été époustouflant avec le relais. Audace, talent, implication, soif d'apprendre, il incarne le futur de notre athlétisme. 

Le bonheur (enfin) partagé des Borlée

En dix ans au plus haut niveau, jamais les Twins n'avaient réussi à se hisser sur la boîte ensemble en individuel. Le 10 août, ils ont gommé cette lacune. Ils ont été devancés par Matthew Hudson-Smith, sacré champion d'Europe en 44.78, mais l'essentiel était ailleurs. 

Jonathan a enfin glané cette médaille derrière laquelle il courrait et qui lui avait si souvent glissé entre les doigts d'extrême justesse. Le bonheur est encore plus fort quand il est partagé, a fortiori pour des jumeaux. "C'est indescriptible, c'est le plus beau moment de notre carrière", a affirmé Kevin, champion d'Europe en 2010 et 3e mondial en 2011.

La résurrection Berings

Il y a des retours qui font plaisir. Celui d'Eline Berings est de ceux-là. Lâchée par les autorités flamandes après des années de galère, la Gantoise n'a pas abdiqué. Elle s'est remise au travail et a répondu de la plus belle des manières à ceux qui doutaient d'elle.

Au final, la championne d'Europe de Turin (2006) a livré sa saison la plus aboutie avec en point d'orgue son chrono de 12.72 à Liège. A petit 1/100e du record de Belgique du 100m haies d'Anne Zagré. Il n'aura manqué que la cerise sur le gâteau à Berlin. Eline a été privée de la finale pour une question de millièmes, cinq exactement. Aussi rageant qu'encourageant. A 32 ans, elle a décidé de poursuivre sa carrière.

Crestan et Vanderelst des jeunes qui poussent

Beaucoup de jeunes ont aussi émergé au plus haut niveau. On retiendra particulièrement les noms d'Eliott Crestan (19 ans, bronzé aux Mondiaux juniors sur 800m) et d'Elise Vanderelst (20 ans, 13e de l'Euro et deuxième chrono belge de l'histoire sur 1500m au Van Damme).

Enfin, on n'oubliera pas la joyeuse entrée des Belgian Cheetahs sur la scène internationale (4es), ni la perf' d'Hanne Claes sur 400m haies (4e).

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK