Jacques Borlée est passé par tous les sentiments en dix minutes

En dix minutes, dimanche, Jacques Borlée a vu ses fils Jonathan et Dylan manquer le podium du 400m, puis sa fille Olivia se qualifier pour les Jeux Olympiques, lors des championnats de Belgique. "J'avais vécu une situation semblable en 2010, à Barcelone, quand Olivia avait manqué sa demi-finale et tout de suite après, il y avait eu la finale avec Kevin (NDLR: qui s'était imposé) et Jonathan", s'est souvenu l'entraîneur.

Jacques Borlée ne pouvait cacher son émotion après la qualification pour les Jeux d'Olivia, sur 200m. "C'est exceptionnel. C'était très dur pour elle. Vous n'imaginez pas ce qu'elle a vécu. Et après des années et des années de travail, elle se qualifie. C'est un exemple formidable pour toute la famille. Elle est tout le temps là et s'est accrochée."

Jonathan et Dylan, eux, ont terminé quatrième et cinquième du 400m, respectivement en 46.59 et 46.77. "Ils n'ont pas pu travailler la vitesse pure à cause des problèmes aux ischio-jambiers qu'ils ont connus tous les deux. Jonathan passe très vite aux 200m puis il coince. Il faudra être patient. Il s'alignera sans doute en individuel à Amsterdam car il a besoin de courir. Dylan, je ne le voyais pas faire mieux que 46.50 aujourd'hui."

La bonne nouvelle, pour l'entraîneur des Belgian Tornados, est la prestation des autres membres du relais 4x400m. En l'absence de Kevin Borlée, Julien Watrin s'est imposé en 45.73 devant Robin Vanderbemden (45.98) et Antoine Gillet (46.18). "Les résultats sont prometteurs. Si cinq ou six athlètes peuvent courir en 46 secondes, c'est très bien. On verra comment gérer nos forces à l'Euro."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK