Fred Xhonneux sur le marathon de Kipchoge : "Un exploit exceptionnel...mais cela manque de spontanéité"

C'est évidemment l'une des infos du weekend : Eliud Kipchoge est devenu le premier homme à boucler un marathon en moins de deux heures. Un exploit retentissant que le Kényan de 34 ans a réalisé dans une course non officielle (et donc non-homologuée) et flanqué de 41 lièvres, un record. Tout semblait orchestré de toute pièce par le sponsor Ineos. La performance reste retentissante mais semble quelque peu perdre en spontanéité. C'est en tout cas l'avis de notre consultant, Fred Xhonneux.  

"L’exploit sportif, technologique et d’ordre organisationnel reste très spectaculaire et mérite un gros coup de chapeau. Mais cela a été fait dans des circonstances artificielles, ce qui fait qu’il faut ajouter de gros guillemets à la performance. C’est dû à un ensemble de paramètres  on a vraiment cherché à réunir tous les paramètres de la performance absolue et c’est en ça que l’organisation fut très professionnelle. Mais on a perdu un peu la spontanéité du sport qui doit pouvoir s’exprimer dans les conditions prévues le jour J." explique-t-il.

Aux commentaires des Mondiaux d'Athlétisme, Honneux fait même un parallèle entre l'exploit de Kipchoge et Doha : "Lors des mondiaux d'athlétisme, on a eu pleins de performances géniales mais dans des conditions aménagées avec de l’air conditionné et des températures bien équilibrées. C’est un petit peu dommage."

Une question se pose néanmoins : pourra-t-on voir un athlète franchir cette barre mythique des deux heures lors d'un marathon "traditionnel' un jour? "Oui, Kipchoge n’en est plus très loin, son temps record est de 2:01:39. Maitenant c’est sûr qu’il faut que tous les paramètres soient réunis pour y arriver. C’est faisable, si ce n’est pas lui, ce sera une autre personne" ajoute Xhonneux. 

La course de ce samedi matin a donc été parfaitement organisée pour favoriser la recherche de la performance ultime : "C’est un record dans une autre catégorie, il n’est pas fait avec les mêmes règles donc logique qu’il ne soit pas homologué. C’est rendre artificiel des événements pour aller encore plus loin, cela permet de jouer à un jeu qu’on apprécie un petit peu autrement. Et quelque part je trouve ça beau aussi de jouer en créant de nouvelles règles dans notre sport. Notre sport est constitué de règles traditionnelles mais pourquoi pas le faire autrement ? Pourquoi ne pas organiser un 100 mètres pour battre Bolt ou mettre un petit tremplin avant un saut en hauteur. Il n’y a pas de limites mais il en faut pour valider un record" ajoute-t-il un brin sarcastique.

En ligne de mire des critiques de notre consultant, on pointera également le choix du sponsor : "Ineos n'est pas connu pour son respect de l'environnement. C'est bien loin de l'aspect nature et délicieusement primaire de la course à pied" conclut Xhonneux.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK