Entre "mission accomplie" et "pain sur la planche", les relayeurs belges quittent les World Relays plutôt confiants

De Camille Laus à Dylan Borlée, les relayeurs belges tirent "un très bon bilan" des World Relays. Les Cheetahs, les Tornados et le relais mixte étaient venus en Pologne pour décrocher une qualification pour les Mondiaux de Eugene. La mission a été accomplie dès les séries. A l’exception de la 4e place du relais mixte, les finales ont été plus compliquées. "Le sous-effectif a parlé", résume Dylan. Mais pas de quoi entamer le moral des troupes : le vrai objectif de l’année, c’est Tokyo et les JO.


►►► À lire aussi : Le quatuor mixte belge termine au pied du podium des World Relays, les Cheetahs 7es, les Tornados 8es


Laus, capitaine rassurée

"L’objectif principal était de qualifier tous les relais pour les championnats du Monde, c’est chose faite. Concernant les Cheetahs, le chrono qu’on a fait en série avec seulement 11 degrés, c’est un super temps. Ça nous rassure et ça nous met en confiance pour Tokyo. On n’est pas encore en top forme, je pense que c’est encourageant pour la suite", analyse Camille Laus.

Quatre 400m en deux jours, la capitaine des Cheetahs (7es) s’est multipliée. "Je suis contente que le championnat soit terminé", sourit-elle. "J’avais dit dès le début que s’il fallait le faire, je le ferais. Cela donne une telle énergie de courir avec les Cheetahs et le relais mixte. J’avais envie d’être là pour l’équipe. C’est un super entraînement. Je vais récupérer et j’espère que ça servira pour la suite de la saison".

Les Tornados 8es ? Pas d’inquiétude !

Les Belgian Tornados, traditionnels porte-drapeaux de l’athlé belge, n’ont jamais été dans le coup en finale (8e). "Le sous-effectif a parlé, sans oublier le froid (7 degrés annoncés, ndlr). On était sans énergie. Je n’avais juste plus de jambes. Il n’y avait qu’une heure entre les deux courses (ce dimanche). C’est un 400m. C’est difficile. Je suis confiant pour le reste de la saison, c’était juste une mise en route. On aurait aimé être six, mais il y a eu beaucoup de blessures. On a vu par le passé que ce ne sont pas nos résultats ici (aux World Relays) qui faisaient nos résultats aux JO, aux Mondiaux ou à l’Euro. On va bosser. On est sur la bonne voie. Il ne faut pas s’inquiéter", assure Dylan.

Robin Vanderbemden, 2e relayeur, se dit "fatigué et un peu déçu". Mais il positive. "On a qualifié les trois relais pour les championnats du monde, c’est pas mal. Pour une première compétition, ce n’était pas facile. Il y a encore beaucoup de boulot".

"Quatre courses en deux jours, c’est un bon entraînement", affirme Kevin Borlée. "Avec ce froid, c’est difficile de rester "chaud". Le boulot principal a été fait. On a Tokyo en vue. C’est le principal, ce n’est pas aujourd’hui qu’il faut gagner. Ça aurait été mieux d’être à plus que quatre, on aurait pu mieux "tourner". A la commission de sélection de penser à ça."
 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK