Dylan Borlée : "4e deux années de suite, c'est forcément dur à accepter"

Les Belgian Tornados ont terminé à la quatrième place du 4x400m des Mondiaux de Londres. Un résultat qui laisse un goût amer dans la bouche de nos relayeurs.

Dylan Borlée évoque la frustration de ne pas avoir saisi l'opportunité de monter sur le podium et la course compliquée de notre relais.

"Je pense qu'on avait les capacités de faire mieux. Ça a été une course très difficile. Souvent, nos passages sont assez bons, ici on a dû beaucoup batailler. On a dû aller à l'extérieur, revenir. On a perdu beaucoup de temps et on s'est vite retrouvé loin du top 3. C'est la loi des championnats du monde. Il y a beaucoup de frustration, il ne faut pas se le cacher. On est des guerriers, on va continuer à s'entraîner, à se battre. Se retrouver deux années de suite à la 4e place, c'est forcément dur à accepter. On va essayer d'aller chercher un jour une place sur le podium".

Par rapport à la série, Jacques Borlée avait choisi de placer Robin Vanderbemden au départ et Dylan en troisième position. "Le but était de me mettre sur "un train" pour que j'essaie de suivre. Ça n'a pas fonctionné mais on a essayé".

Kevin Borlée : "Ce serait bien que la chance tourne un peu"

"Ça a joué des coudes au rabattement. Ceux qui étaient devant ont eu une course plus ‘clean’. Ils ont pu se détacher. Et après ça devient difficile", analyse Kevin Borlée. "Ce n’était pas le scénario idéal. C’est mieux d’être devant. C’est comme ça. On fait quand même une 4e place. Mais ça reste frustrant. On aimerait bien monter sur le podium après autant de finales. Ce serait une belle récompense pour la Belgique. J’y crois toujours. Maintenant quand je suis dans la ligne droite opposée, je vois bien que Martyn (Rooney) et les autres sont très loin. Et je sais qu’à moins d’une défaillance, ça allait être difficile. Je fais le maximum et ça donne 4."

La Belgique avait à nouveau hérité du couloir 9. Une mauvaise habitude dont Kevin aimerait se défaire. "Ce n’est pas évident de partir en aveugle, ça commence à être agaçant de tout le temps l’avoir. Ce serait bien que la chance tourne un peu. Après c’est comme ça. Il fallait faire avec et c’est la même distance pour tout le monde."
 

Jonathan Borlée : "On bosse comme des fous, j’espère qu’un jour ça paiera"

"On en a marre d’être toujours 4e ou 5e", résume Jonathan Borlée. "On bosse comme des fous pour progresser. On le fait chaque année. On aimerait aussi que la chance tourne un peu. On choppe une série de dingue, on termine 3e avec un super chrono mais on se tape le couloir 9 à cause de ça. Et c’est frustrant."

Chargé du 2e relais Jonathan a été repoussé en fin de peloton au rabattement. "Je pars très vite. Et je vois que tout le monde me dépasse. J’essaie de rester calme et de continuer. Mais il n’y a rien à faire, on ne sait pas être à fond pendant 400m."

Malgré la frustration, Jo reste positif et veut encore croire à ce fameux podium. "On se dit pourquoi pas nous. On est toujours là, on fait le maximum, on fait des bons chronos … Et voilà, on est toujours 4e à un rien. Il nous manque toujours quelque chose. Et pourtant je peux vous dire qu’on travaille mais ça ne paie pas. On a envie de plus. J’espère qu’un jour ça paiera."

Robin Vanderbemden : "La tactique était plutôt bonne"

"C’est très compliqué de lancer le relais. Je ne sais pas si j’y étais préparé mais c’est le choix du coach. La tactique était plutôt bonne. C’était un peu plus risqué que ce qu’on avait fait la veille mais c’était un risque à prendre si on voulait viser une bonne place", a livré Robin Vanderbemden.

Et d’ajouter : "Lorsque j’ai donné le témoin, je n’ai pas vraiment regardé la course. J’ai vu une partie du tour de Kevin et une partie de celui de Dylan je pense. J’ai l’impression qu’ils sont partis très forts. On a fait la course derrière mais Dylan et Kevin sont bien revenus quand même."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

Recevoir