Tyson Gay suspendu un an par l'Usada

Dopage: Tyson Gay suspendu un an (Usada)
Dopage: Tyson Gay suspendu un an (Usada) - © FABRICE COFFRINI - BELGAIMAGE

L'Agence américaine antidopage (Usada) a annoncé vendredi qu'elle avait infligé une suspension d'un an au triple champion du monde 2007 Tyson Gay, contrôlé positif en juin 2013 dans le cadre des Championnats des Etats-Unis d'athlétisme.

Gay, 31 ans, a accepté la sanction qui prévoit également l'annulation de tous ses résultats depuis le 15 juillet 2012, dont sa participation aux jeux Olympiques 2012 de Londres.

Le sprinteur a remis au Comité olympique américain sa médaille d'argent remportée lors du relais 4x100 m des JO-2012, a précisé l'Usada.

"Gay a été contrôlé positif à un stéroide anabolisant et/ou à ses métabolites, à l'issue de deux prélèvements réalisés hors compétition et un en compétition par l'Usada et la Fédération internationale d'athlétisme" (Iaaf), a expliqué l'agence américaine antidopage dans son communiqué.

A l'annonce de son contrôle positif, Gay avait décidé de collaborer avec l'Usada et s'était retiré de toutes compétitions alors qu'il préparait les Championnats du monde 2013 de Moscou.

"Gay a apporté une assistance substantielle à l'Usada en accordant plusieurs entretiens et en mettant à disposition tous les produits qu'il utilisait au moment de ses contrôles positifs", a précisé l'Usada.

"Gay a accepté la sanction qui débute le 23 juin 2013, jour où un échantillon a été prélevé lors des Championnats des Etats-Unis. En apportant son aide à l'Usada, Gay pouvait obtenir une réduction de trois-quarts de la suspension de deux ans prévue par le Code mondial antidopage", a indiqué l'Usada.

En juin 2013, Gay était le détenteur de la meilleure performance mondiale de la saison sur 100 m avec 9 sec 75/100e.

Le CIO satisfait

Le Comité international olympique (CIO) s'est félicité de la sanction infligée au sprinteur américain. "Le CIO est satisfait de la décision prise par l'USADA après la confession de Tyson Gay", souligne dans un communiqué l'instance olympique, qui note "que l'athlète a reconnu la responsabilité de ses actions et rendu sa médaille des jeux Olympiques de Londres".

Le CIO, qui a fait de la tolérance zéro son credo en matière de lutte antidopage, rappelle qu'il s'agit avant tout de protéger les droits des sportifs qui ne trichent pas: "nous prendrons toutes les mesures nécessaires concernant les jeux Olympiques en ligne avec notre politique de tolérance zéro, et notre engagement total pour la protection des athlètes intègres".

Belga

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK