"Doha caput mundi", le regard de Fred Xhonneux sur le mondial

"Doha caput mundi", le regard de Fred Xhonneux sur le mondial
"Doha caput mundi", le regard de Fred Xhonneux sur le mondial - © Tous droits réservés

Participer à un mondial est assurément un moment fort dans une vie. Faire partie du gratin planétaire représente une fierté et un réel accomplissement pour ces champions qui pour rappel, ont tous été des débutants un jour !

Pendant que ces gladiateurs des temps modernes s’engageaient sur 1, 2, voir 3 épreuves comme Hanne Claes qui avait pris un abonnement au stade (400h, 4x4 mixte et 4x4), le commentateur et son dévoué consultant se sont livrés dans pas moins de 43 épreuves. Près de 52 heures de live en 10 jours, l’investissement y est total. Enfin, plutôt 9 jours suite à un faux départ technique ! La passion comme carburant permet de triompher de la fatigue.
Merci aux athlètes et particulièrement aux combinards d’avoir le pouvoir de transformer la relativité du temps. 8h de live en compagnie de Nafi Thiam ou Niklas Kaul semble s’écouler presque aussi vite qu’un 100m de Christian Coleman.

J’ai adoré la qualité des prestations et je veux conserver mon droit à m’enthousiasmer pour les grosses performances. Bien sûr que l’ombre du dopage planera toujours sur notre sport, mais la lutte antidopage se perfectionne et les tricheurs prennent conscience qu’ils se feront toujours pincer tôt ou tard. Toutefois, je suis bien conscient que certaines médailles qatariennes disparaîtront comme des mirages.

Le chef-d’œuvre de Dalilah Muhammad sur 400m haies fut un régal pour les yeux car sa prestation sportive s’éleva au rang de l’art. Elle repart de Doha avec 2 titres mondiaux (4h et 4x4), un formidable record du monde, mais aussi tout simplement avec une… latte de haie du Khalifa stadium. Malgré le gros chèque qui accompagne ce record, il est touchant de constater cette concrétisation d’un rêve d’enfant matérialisée en reprenant précieusement un morceau d’un des jouets avec lesquels elle s’est bien amusée à Doha.

Oui l’athlé est et doit rester un jeu ! Outre les résultats, ce qui plaît, ce sont les attitudes qui valorisent les personnes. En témoignent ces moments formidables de partages entre athlètes et/ou avec le public.
La chorégraphie de salto arrière des 3 meilleurs perchistes, ces photos de groupe Cheetahs et Tornados réunis ainsi que toutes les finalistes du 4x100m, le chauffeur de stade Tamberi, les accolades sincères au poids alors qu’un seul cm séparait trois lanceurs, les sourires radieux de Kipruto et Kigen en qualif du steeple, la danse de joie ougandaise en récupération active du 800m, les haies franchies par l’énorme discobole Stahl et que dire alors de ces tours d’honneur des lauréats comme Fraser-Pryce, De Grasse ou Ali avec leurs enfants. En fait, ce jeu et ce bonheur n’ont de sens que s’ils sont partagés avec toutes les générations, dont celle des petits routchoutchous.

Toutefois il faudra être vigilant à l’avenir afin que cette immense cour de récréation redevienne cohérente avec l’éthique et l’écologie. Même au nom de la passion, il n’est absolument pas raisonnable de réfrigérer un stade extérieur ou de courir de nuit, éclairé par plus de 1000 spots hyper puissants et donc horriblement énergivores ! Il faut tourner le "Doha" cette manière de faire. Le sport doit évoluer dans ce sens et la marge de progression est énorme…

Doha caput "athletics" mundi peut être, mais surtout Doha rend le "mundi caput" par ces aberrations écologiques !

Enfin, mon admiration est sans limite pour
- Le grand cœur de Gardiner au 400m qui a offert un moment de réconfort à ses compatriotes en difficulté au Bahamas avec son titre mondial
- Mutaz AIR Barshim qui plane sur le concours de hauteur et réunit dans l’extase tous les Qatariens, quelles que soient leurs origines
- La persévérance récompensée des Tornados et la grande entrée des Cheetahs sur la scène mondiale
- La clairvoyance, le fair-play, la simplicité et surtout le courage de Nafi qui se voit grandie dans l’adversité.

Sur ce, avec ces souvenirs plein la tête, il est temps de passer à l’une des périodes les plus importantes dans une saison sportive, à savoir le repos ! Et pas que pour les athlètes…

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK