Chaussures : World Athletics décrète le "statu quo technologique" jusqu'à Tokyo

World Athletics, la fédération internationale d’athlétisme, a mis de l’ordre dans son règlement sur les chaussures. Avec le but avoué "d’offrir une sécurité aux athlètes qui se préparent pour les Jeux olympiques de Tokyo et à préserver l’intégrité des compétitions de haut niveau". Dans le viseur, le contrôle des baskets magiques et de leur équivalent sur la piste.

Le nouveau règlement a été réalisé "avec les fabricants de chaussures", précise World Athletics. Il touche à "la hauteur maximale de la semelle des chaussures à pointes pour les épreuves d’athlétisme" et instaure "la mise en place d’un Système de mise à disposition des chaussures d’athlétisme pour les athlètes d’élite non sponsorisés". La décision sur la hauteur des semelles empêche les athlètes d'utiliser les baskets "magiques" sur la piste.

L’objectif principal de ces modifications est de "maintenir le statu quo technologique actuel jusqu’aux Jeux olympiques de Tokyo". En clair, éviter qu’une firme apporte une innovation révolutionnaire – comme Nike et ses plaques de carbone – dont seuls quelques privilégiés pourraient profiter au Japon.


"En élaborant ces règles, nous avons été attentifs aux principes de fair-play et d’universalité, au maintien de la santé et de la sécurité des athlètes, à la nécessité de tenir compte du marché de la chaussure existant en cette période économique difficile, et à l’obtention d’un large consensus avec les fabricants de chaussures qui sont les principaux investisseurs dans notre sport ", détaille Jon Ridgeon, Directeur général de World Athletics.

Ce nouveau règlement n’est que transitoire. Après les JO, le
Groupe de travail sur les chaussures d’athlétisme (GTCA) sera chargé de "parvenir à un juste équilibre entre innovation, avantage compétitif et universalité."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK