Borlée : "Il y avait plus fort que nous"

Borlée : "Il y avait plus fort que nous"
Borlée : "Il y avait plus fort que nous" - © ERIC LALMAND - BELGA

Kevin Borlée est descendu sous les 45 secondes en claquant son meilleur chrono de la saison en 44.74 en demi-finales du 400m des championnats du monde lundi à Pékin. Jonathan Borlée a signé aussi un nouveau chrono sous les 45.00, en 44.85, pour prendre la 14e place des demi-finalistes, la 11e pour Kevin. Les frères avaient le sentiment d'avoir tout donné et ne nourrissaient aucun regret quant à leur course, mais la déception était évidemment grande de ne pas avoir pu rejoindre une nouvelle finale d'un grand championnat.

"On essaie à chaque fois d'arriver aux championnats en forme. C'était encore une fois le cas. Mais ça va vraiment très, très, très vite. Je pense que Jo et moi, on a fait notre job. C'est dommage qu'on ne passe pas en finale. Il y avait plus fort que nous ce lundi" , a analysé Kevin au micro de David Bertrand envoyé spécial de la RTBF à Pékin

Kevin a aussi retrouvé son finish. "Je m'étais mis en tête de ne pas partir trop vite. J'en ai gardé un petit peu. J'ai mieux géré ma course pour pouvoir terminer (fort)", a expliqué Kevin Borlée premier européen des demi-finales devant son frère. "Je fais mon meilleur temps de la saison, donc je n'ai pas de regret à avoir. Dans tous les championnats qu'on a faits, je pense qu'on n'a jamais couru aussi vite pour arriver en finale. C'est comme ça. Il faut continuer de bosser et essayer de trouver la manière d'aller encore plus vite. Et tenter de créer la surprise aux Jeux."

"J'ai été un peu trop attentiste, pas assez actif"

Jonathan Borlée, placé lui au couloir 9, pestait aussi d'avoir été mis à l'extérieur. "Je suis déçu. J'ai encore eu de la malchance au tirage au sort. Ce sont mes troisièmes championnats du monde et c'est la quatrième fois que j'hérite d'un couloir extérieur. Je n'ai jamais vraiment été dans la course. Je pense que je pouvais faire mieux. Mais j'ai sans doute été un peu trop attentiste, pas assez actif. J'ai eu du mal à me mettre dedans. Ce n'est jamais évident de courir au couloir 9. C'est comme ça, il faut faire avec", regrette Jonathan.

"On s'entraine le plus dur possible. On essaie de donner le maximum à chaque fois. Même si vous les journalistes, vous ne nous croyez pas toujours que vous pensez qu'on va craquer, que notre carrière est terminée.  On essaie quand même de se donner à fond et de montrer qu'on est encore capable de rivaliser avec les meilleurs. Malheureusement, ce ne sera pas pour cette fois-ci."

Les Mondiaux ne sont pas encore terminés pour les frères Borlée qui rejoindront le relais 4X400m, avec les séries prévues samedi et la finale dimanche, avec la confirmation d'avoir de bons chronos dans les jambes.

"Je pense que ma forme est bonne. Les chronos sont encourageants, tout le monde à la forme, mais d'autres équipes sont aussi très en forme", a ajouté encore Jonathan Borlée. "On se sent bien. Qu'il y ait cinq, six, dix courses, on sera toujours-là", rajoutait Kevin Borlée.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK