Athlétisme : Ophélie Claude-Boxberger face à la justice antidopage, elle risque 8 ans de suspension

Nouvelle étape importante dans la saga d’Ophélie Claude-Boxberger. La spécialiste du demi-fond, comparaît ce lundi devant l’Agence française antidopage (AFLD) qui pourrait la suspendre huit ans et mettre de facto un terme à sa carrière pour un contrôle positif à l’EPO il y a un an et demi.


►►► À lire aussi : Alibi surprise pour Ophélie Claude-Boxberger: Un proche s'accuse de l'avoir dopée à son insu


►►► À lire aussi : Rebondissement dans l'affaire Claude-Boxberger : son beau-père nie l'injection d'EPO


 

Scénario digne d’une série policière

Tout avait débuté le 18 septembre 2019, suite à un contrôle anti-dopage. Cette simple affaire de dopage avait basculé dans l’irrationnel lorsqu’Alain Flaccus, homme à tout faire et compagnon de la mère de l’athlète, s’était accusé de lui avoir inoculé l’EPO à son insu à Font-Romeu lors d’un stage préparatoire aux Mondiaux de Doha, où elle avait été éliminée en séries.

L’intéressé, qui a changé plusieurs fois de version, est depuis revenu sur ses aveux et le dossier d’Ophélie Claude-Boxberger, qui a toujours clamé son innocence, s’est alourdi à l’heure de comparaître devant la Commission des sanctions de l’Agence française de lutte contre le dopage (AFLD), au terme d’un an et demi de rebondissements.

Une lourde suspension serait synonyme de fin de carrière

Agée de 32 ans, la spécialiste du 3.000 m steeple, quintuple championne de France, est suspendue provisoirement depuis le 4 novembre 2019.

En plus de l’EPO, passible de quatre ans de suspension, les enquêteurs de l’AFLD, indépendants de la commission des sanctions, lui reprochent "la tentative de falsification de tout élément du contrôle du dopage", également passible de quatre ans.

Ils estiment dans leurs conclusions, qu’elle aurait à la fois manipulé Alain Flaccus pour qu’il s’accuse, menti sur les dates de son retour de stage à l’époque pour éviter un contrôle, et volontairement brouillé les valeurs de son passeport biologique.

2 images
© AFP or licensors

Mise en scène grossière

Le document, consulté par l’AFP, cite M. Flaccus lors d’une audition du 30 septembre 2020 auprès de l’AFLD : "On s’est vu peu de temps après avec Ophélie pour trouver une solution. Elle m’a dit qu’on allait dire que c’était moi. On a convenu de cette mise en scène."

Sur la base d’une expertise, les enquêteurs estiment par ailleurs que le scénario d’une injection unique "apparaît extrêmement improbable", et penchent pour un protocole de dopage.

 

Son Papa, l’athlète Jacky Boxberger, est mort quand elle avait 13 ans

Ophélie Claude-Boxberger et son conseil Me Laurent Clauzon mettent en cause l’ensemble de la procédure avec "une confusion des autorités de poursuites et d’instruction" dans laquelle ils pointent de nombreuses irrégularités, et une enquête menée selon eux "à charge".

"Sur les faits je suis confiante […] il y a eu beaucoup de pièces, beaucoup de changements de versions, j’espère qu’ils arriveront avec l’audition des témoins à y voir plus clair", a indiqué l’athlète à l’AFP. "Comment faire reposer toute l’infraction sur la parole de ce mec ?"

"Ce mec", c’est Alain Flaccus, personnage central du dossier mais aussi de l’histoire chaotique d’Ophélie Claude-Boxberger, élevée sans son père Jacky Boxberger, ancien grand nom de l’athlétisme français, depuis décédé.

L’athlète a porté plainte contre son beau-père pour "viol aggravé"

Au cœur du microcosme de l’athlétisme de Montbéliard (Doubs) et des rancœurs familiales, Alain Flaccus a été le premier entraîneur de la steepleuse à l’adolescence, en plus d’être le compagnon de sa mère, et de devenir une aide pour ses entraînements.

Ophélie Claude-Boxberger a porté plainte contre lui en octobre pour "viol aggravé" pour des faits commis alors qu’elle était mineure. Il y a deux jours l’athlète a partagé son état physique et psychologique sur Instagram : " Mon corps m’a lâché. Je n’ai plus de force. Mes soucis de santé qui avaient plombé ma saison 2019 avant les championnats du monde sont réapparus cette semaine et cela a anéanti mon mental qui était déjà un peu écorné face à cet acharnement injuste".

Je n’avais que 13 ans quand tout cela a débuté

L’athlète de 32 ans a remercié ses avocats et sa psychiatre de l’avoir aidée à franchir le cap : "Grâce à mes avocats et mon psychiatre j’ai enfin eu la force de porter plainte pour viol aggravé, chose qui me détruisait intérieurement depuis des années.
Je n’avais que 13 ans quand tout cela a débuté. Mon courage d’avoir enfin remis tout cela dans les mains de la justice".

Son beau-père a toujours nié toute atteinte sexuelle

Alain Flaccus a toujours nié les faits. Pour lui il n’y a jamais eu d’atteinte sexuelle. Il avait été suspendu six mois en 2009 par la Fédération française d’athlétisme (FFA) pour un "comportement déviant" sur la foi d’un mail contenant une déclaration sentimentale.

Par ailleurs, une procédure suite à une plainte de Claude-Boxberger pour "empoisonnement" est en cours, en plus d’une information judiciaire au pôle santé publique du tribunal judiciaire de Paris pour trafic de produits dopants et administration de substance interdite.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK