Allyson Felix, la gazelle devenue lionne

Allyson Felix s’est classée 6e de la finale du 400m des championnats des Etats-Unis. Au regard de son immense palmarès, ce résultat peut paraître bien maigre. Pour la première fois de sa carrière d’athlète, Chicken Legs ne s’est pas qualifiée individuellement pour un grand rendez-vous. Elle s’est tout de même ouvert les portes des Mondiaux avec le relais 4x400m US (comme réserviste). Mais 8 mois après la naissance (prématurée) de sa fille, l’essentiel est ailleurs. Après avoir trusté les titres (6 aux JO et 11 aux mondiaux) et les podiums, l’Américaine de 33 ans mène un autre combat. Bien plus important à ses yeux.

"J’ai couru des tonnes de courses. J’ai disputé beaucoup de finales, mais aujourd’hui c’est différent. Je cours pour les FEMMES", a-t-elle tweeté. "Parce que nous avons beaucoup de choses à surmonter. Alors voici pour les femmes fortes partout dans le monde. N’oublions jamais notre valeur et soyons conscientes de notre mérite. Nous sommes plus que 'suffisantes'. N’arrêtons pas de nous battre".

La gazelle des pistes à la foulée aérienne, celle qui a enthousiasmé les fans d’athlé avec son aisance et sa polyvalence (finaliste olympique sur 100m, multi-médaillée sur 200m et 400m) a changé physiquement (un peu) mais surtout mentalement. Elle s’est muée en guerrière, en lionne.

Star des stades, coqueluche des médias et des sponsors, Felix a sacrifié son statut pour assouvir son désir de maternité. Nike, son partenaire de toujours, a voulu revoir son contrat à la baisse après la naissance de sa fille et a refusé d’inclure une clause qui la protégeait en cas de performances un peu moins brillantes dans les mois qui suivaient son accouchement. "Si moi, l’une des athlètes les plus largement commercialisées par Nike, ne peut pas obtenir ces protections, qui le peut ?", s’interrogeait l’Américaine dans une tribune publiée dans le New York Times. Une claque et une vraie prise de conscience.

Huit mois après un accouchement difficile, après avoir surmonté des problèmes de santé, on a retrouvé Allyson Felix sur la piste bleue de Des Moines. Elle a bouclé son tour de piste en 51.94, loin de son record de 49.26. Bien sûr, la sextuple championne olympique n’a pas encore le niveau de ses plus grandes années. Vêtue de noir, Felix court désormais sans sponsors mais "pour les femmes".

2019 est une année de reprise et Doha (avec le relais) constitue une étape sur la route de Tokyo où elle pourrait s’offrir un dernier tour de piste sur la scène olympique. Une manière - peut-être - de boucler la boucle d’une carrière commencée sous le signe des cinq anneaux à Athènes en 2004 avec l’argent sur 200m.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK