Le Standard va payer le chômage de ses joueurs et venir en aide aux hôpitaux de la région

Solidarité du Standard avec les hôpitaux liégeois
Solidarité du Standard avec les hôpitaux liégeois - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

Pendant cette période de confinement, on le sait, les joueurs professionnels ne s’entraînent plus et ne jouent plus de matchs. Ils ont bien reçu un programme individuel d’entraînement physique mais, en réalité, ils ne travaillent plus du tout.

Et chaque club, qui est aussi une entreprise ne l’oublions pas, agit à sa manière par rapport à cette problématique. Le personnel administratif, rappelons-le, est déjà, en grande partie, en chômage économique. A Anderlecht, il a été demandé aux joueurs de " sacrifier " un mois de salaire. Au Standard (où le staff sportif est déjà en chômage économique depuis dimanche), il avait d’abord été envisagé de mettre les joueurs du noyau A au chômage, pour force majeure. Comme n’importe quel employé du club qui ne peut travailler depuis la maison. Et qui, soulignons-le, avait accepté cette situation nouvelle sans broncher. L’idée des joueurs en chômage n’avait guère rencontré de succès lorsqu’elle avait été évoquée, informellement, lors dernier conseil d’administration de la Pro League. Certains clubs comme Bruges ou Genk (en très bonne situation financière, il est vrai) avaient émis des réserves quant au fait que des joueurs pros émargeraient à l’ONEM.

Dès lors, la direction liégeoise, a trouvé une idée originale. Qui a reçu l’approbation des joueurs. Cette nouvelle proposition ne grèvera les finances ni du club, ni de la sécurité sociale. Le Standard va en effet payer lui-même aux joueurs l’équivalent du chômage soit 2353 euros brut par mois. Une somme qui paraitra sans doute dérisoire pour des garçons qui touchent parfois plus de 50.000 euros buts par mois. Mais c’est le prix à payer dans le contexte actuel d’inactivité économique et footballistique. C’est aussi l’occasion pour eux de se mettre, très transitoirement, au diapason de la société belge. On an envie de dire " de se plonger dans la vraie vie "….

Par ailleurs, pendant la période de confinement, le Standard versera, chaque mois, un montant important aux hôpitaux de la région liégeoise. Pour permettre l’achat de respirateurs, bien nécessaires dans la crise sanitaire actuelle. Un geste positif.  Qui en appellera d’autres, on l’espère, dans un monde du foot " bling bling " où l’argent règne en maître pour l’achat de voitures ou de montres de luxe….

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK