Le risque d'accidents double par temps de pluie : conseils de l'AWSR

Le risque d'accidents double par temps de pluie
5 images
Le risque d'accidents double par temps de pluie - © Julie Harris / EyeEm - Getty Images/EyeEm

Sachant que la météo des prochains jours est particulièrement pluvieuse et venteuse, c’est le moment de conscientiser chacun aux dangers et prises de risques, lorsqu’il prend son véhicule. Pour que chaque conducteur fasse doublement attention.

Les intempéries et fortes pluies, en lien direct avec le nombre de victimes sur les routes.

En effet, sur les 5 dernières années, l’AWSR relève que 12 % des accidents et 13% des tués sont survenus par temps de pluie. En 2020, en Wallonie, on déplore 32 tués et 1082 accidents liés à ces conditions climatiques. Le risque d’accidents double part temps de pluie ; c’est conséquent !

Attention à l'aquaplaning

En temps de pluie, la conduite a toute son importance. Il y a lieu de prêter attention à la route de et lever le pied, particulièrement à l’approche du bas d’une pente, là où l’eau peut s’être accumulée. Car en effet, en temps de pluie " normale ", lorsque la voiture roule sur une flaque d’eau ou sur une route détrempée, les rainures du pneu évacuent l’eau afin de permettre au pneu de garder un meilleur contact avec le bitume. Mais lors de fortes pluies comme c’est le cas actuellement, les rainures sont souvent trop engorgées et n’arrivent plus à évacuer l’eau. La voiture est susceptible d’être en aquaplanage. C’est-à-dire que la couche d’eau formée sous le pneu ne permet plus de stabiliser le véhicule sur la route, ce qui peut causer des pertes de contrôle du véhicule, et donc des accidents. Tous concernés : malgré la technologie dont sont équipées les voitures plus récentes, le risque peut ne pas être évité. En effet, ces systèmes de correction électronique de la trajectoire (ESP) ne fonctionnent que quand le véhicule est en contact avec la route. S’ils peuvent aider à reprendre le contrôle après un dérapage une fois que le pneu a retrouvé son adhérence, ils ne peuvent empêcher l’aquaplaning.
 

Quelques conseils pour se prémunir

La bonne attitude

La base est évidemment de lever le pied, d’adapter sa vitesse aux circonstances, et de proscrire toute source de distraction pour être suffisamment attentif à la route. Si vous êtes victime d’aquaplanage, il ne faut pas braquer brusquement. Relâchez lentement l’accélérateur et débrayez jusqu’à retrouver de l’adhérence avec la route, et garder votre cap. A cette fin, le regard est capital, par tout temps d’ailleurs : les conducteurs ont souvent le réflexe de fixer l’obstacle, la zone de danger qui s’approche. C’est tout l’inverse qu’il faut faire pour se prémunir. Il faut porter son regard vers l’endroit où l’on souhaite aller, et les mains qui tiennent le volant et dirigent le véhicule suivront automatiquement.

La visibilité

Conduire sous la pluie diminue considérablement la visibilité des autres véhicules et la perception des distances. À cela, s’ajoute l’eau projetée par les autres véhicules, notamment lors de dépassement. Les essuie-glaces sont un élément indispensable en cas de pluie. N’hésitez pas à les remplacer dès qu'ils laissent des zones non essuyées, un voile ou des stries ou en cas de fonctionnement irrégulier. Il est conseillé de les remplacer une fois par an minimum. L’efficacité des éclairages doit être irréprochable pour assurer une bonne visibilité sur la route et être vu par les autres. De jour, sous la pluie, on doit allumer ses feux de croisement. Par forte pluie, notamment sur les grands axes, l’antibrouillard arrière est de mise et même obligatoire selon le code de la route.

Le freinage

Sous la pluie, la distance de freinage augmente. Il faut 2 fois plus de temps à un véhicule pour s’arrêter sur route humide. Cela revient à dire qu’à 50km/h, là on l’on met 25 mètres pour s’arrêter par temps sec, 50 mètres seront indispensables pour s’arrêter sur sol humide. C’est bon à savoir entre usagers. D’autant que les freinages brusques risquent de bloquer les roues. Aussi, la vitesse influencera votre distance de freinage. Dès lors, veillez à adapter votre vitesse aux circonstances ainsi que la distance de sécurité avec les conducteurs qui vous précèdent.

Les pneumatiques

Les pneus hiver évacuent mieux l’eau que des pneus été et réduisent la distance de freinage sous condition humide. Selon une étude, 15% des Belges roulent avec des pneus trop usés. Cependant, 80% des conducteurs belges savent que rouler avec des pneus usés est dangereux et 49% sont conscients qu'une mauvaise pression des pneus entraîne un plus grand risque d'accident.