Aller à l’école à vélo : 30% des accidents impliquent les ados

Les beaux jours reviennent et avec le retour de l’école en présentiel, du moins en partie, nombreux sont les jeunes qui feront le trajet entre la maison et l’école en vélo. Mais ce trajet, même s’il est connu, peut comporter certains risques.

L’Agence Wallonne pour la Sécurité Routière a constaté ces cinq dernières années, une augmentation du nombre d’accidents impliquant des adolescents à vélo.

Les ados cyclistes sont de plus en plus concernés par les accidents de la route

Chez les cyclistes de 0 à 11 ans, on ne constate qu’un nombre limité d’accidents par an (environ 50. Un chiffre stable sur ces 5 dernières années). Cela peut s’expliquer par deux choses :

- L’encadrement des parents qui sont beaucoup plus présents aux côtés de leurs enfants lors des différents trajets à vélo.
- L’autorisation pour les enfants jusqu’à 10 ans de circuler à vélo sur les trottoirs.

Mais plus les enfants grandissent, plus ils gagnent en autonomie et veulent donc réaliser leurs trajets seuls. C’est donc chez les jeunes cyclistes de 12 à 17 ans que l’augmentation d’accidents est sensible, en particulier l’an dernier.
De 120 victimes en 2019, ce chiffre est passé à 153 en 2020, soit 33 victimes supplémentaires. Ainsi, sur la période 2016-2020, on observe une augmentation de l’ordre de 68% des victimes cyclistes chez les adolescents.

Le chemin de l’école, plus dangereux que les autres ?

Tous les jours, ce sont 14 enfants qui sont impliqués dans un accident de la route sur le chemin de l’école. En Wallonie, 30% des accidents impliquant un cycliste adolescent se produisent sur un trajet vers ou depuis l’école. Il est donc primordial de sensibiliser nos jeunes aux risques encourus sur le chemin scolaire.

Au lendemain des vacances de Pâques, c’est le moment idéal pour rappeler les bons gestes afin de préserver et d’accompagner les plus jeunes sur la route.

- Apprendre le chemin à faire. Que ce soit vers l’école ou vers le club de sport, faites le plusieurs fois avec eux avant de les laisser y aller seuls. Cela permettra d’attirer leur attention sur les endroits à risque et sur les petits "pièges" auxquels ils pourraient être confrontés.
- Augmenter sa visibilité. Équipement fluo (casque, gilet,…), bandes réfléchissantes, lumières (si vous êtes amenés à circuler une fois que le jour baisse). Ce genre d’équipement peut vous rendre, vous et vos enfants, visible à 150m.
- Porter un équipement adapté. Si le port du casque n’est pas obligatoire, il reste fortement conseillé. Ce n’est pas toujours agréable, surtout quand on est jeune, mais cela peut sauver la vie.
- Alléger la charge. Porter un sac ou un cartable trop lourd peut déséquilibrer l’enfant ou l’adolescent. Il faut donc laisser le superflu à la maison.
Être concentré. À vélo, comme en voiture, il est interdit d’utiliser son smartphone. S’il est permis d’écouter de la musique et de porter des écouteurs, cela augmente les risques de distraction. Il vaut également mieux modérer le volume afin d’entendre un éventuel danger.