Comment se forment les orages ?

Comment se forment les orages ?
Comment se forment les orages ? - © Tous droits réservés

Nom de Zeus ! Que sont donc les orages ? Si, dans des temps anciens, ce phénomène était associé à une colère divine (par exemple), il est aujourd’hui bien compris… même si les trajectoires des cellules orageuses (et leur violence !) restent parfois difficilement prévisibles !

Les nuages qui nous occupent dans le cadre des orages sont nommés “cumulonimbus”, ce sont des nuages à fort développement vertical, généralement sombres dans leur partie basse et bien blanc dans leur partie supérieure. Ils présentent une base plate et souvent une forme d’enclume à leur sommet. Ce sont eux qui sont responsables, en majeure partie, des grosses averses et orages, mais aussi des tornades ou des rafales descendantes, ou encore de la grêle.

Une histoire de particules

Maintenant que nous savons ce que sont les cumulonimbus, jetons un oeil à l’intérieur! Ces nuages sont balayés par de rapides courants d’air. Par conséquence, les molécules et les particules qui le composent s’agitent, se frottent, et finissent par produire une charge électrique négative (du moins à la base du nuage). Cette charge est invariablement attirée au sol (chargé, lui, positivement en électricité) : les éclairs fusent !

Boum !

Et le bruit dans tout ça ? Les éclairs, en tombant, provoquent une décharge électrique libérant une certaine quantité de chaleur : l’air se dilate sous la pression… et le tonnerre gronde !

Un peu de mathématiques pour finir ? Si on vous demande comment calculer la distance à laquelle se trouve un orage par rapport à votre position, vous aurez souvent tendance à répondre “une seconde pour un kilomètre”, ce qui… n’est pas tout à fait exact ! Pas d’inquiétude, la règle est tout aussi simple.

Le son se déplace dans l’air à une vitesse moyenne de 340 m/s (bien plus lentement que la lumière, en moyenne 300.000m/s, c’est d’ailleurs pour ça que l’on voit l’orage avant de l’entendre). Donc … il faut plutôt trois secondes par kilomètre (et non pas une)!