S.O.S. Chasseur d'orages : un film et le projet d'une vie

S.O.S. Chasseur d'orage
S.O.S. Chasseur d'orage - © Boris Jordan Photography - Getty Images

Mathieu Brochiez est ce que l'on appelle communément un "chasseur d'orages". Un fondu qui n'hésite pas à foncer tête en premier au cœur des orages les plus violents pour en ressortir des photos et des vidéos d'exception. 

ASCENSION

C'est le nom de son projet de film. "Le projet d'une vie", n'hésite-t-il pas à dire. Ce projet est assez fou puisqu'il s'agit de faire vivre les orages dans une œuvre de fiction. 

C’est justement l’histoire fictive d’une quête, celle de Tanya, qu’il veut raconter dans son film. Cette femme solitaire, à la recherche de réponses, sera incarnée par Marika Boëglin, qui n’aura pas pour autant le rôle principal. "C’est l’orage "qui sera au centre" avec des comédiens en face de lui ", confie Mathieu Brogier. 

"Un sacré pari", puisque la nature reste imprévisible mais le Lyonnais a tout prévu : "je travaille avec des copains météorologues, on va essayer de limiter le hasard" et d’assurer la sécurité du tournage.

S’il est possible pour les professionnels de prévoir la zone dans laquelle les éclairs et la foudre tombent, il faudra tout de même du temps, beaucoup de temps pour tourner les scènes du court-métrage. Le tournage devrait en effet s’étaler sur deux saisons, de juin à août, période pendant lesquelles les orages font leur apparition en particulier dans les zones montagneuses, comme dans les Hautes-Alpes. 

Financement participatif

Face à l'imprévisibilité des phénomènes extrêmes, on comprend en quoi le pari de Mathieu Brochier est assez fou.  L’équipe devra donc faire preuve d’une grande souplesse. C’est pour cela que le réalisateur envisage de s’entourer de nombreuses personnes, " pour tourner selon les disponibilités " et ainsi louper le moins d’orages possibles. 

Mais cela ne se fera pas sans argent. Pour assurer le tournage au cours des deux prochains étés, 70.000€ seront nécessaires. C’est pourquoi, le chasseur d’orages et ses partenaires ont lancé une campagne de financement sur le site Kiss Kiss Bank Bank.

Les dons des spectateurs – qu’ils soient eux-aussi fascinés par les orages ou simplement sensibles à ce qu’il se passe dans le ciel – permettront de financer dans un premier temps la caméra spécifique pour filmer la foudre. Le reste du budget sera alloué au salaire des techniciens et acteurs dans une volonté de " professionnaliser le tournage ".

Une vidéo de présentation hypnotisante

Pour susciter l’intérêt des donateurs, le chasseur d’orages a sorti "Prélude", un prologue de 11 minutes qui plonge le spectateur dans l’univers "sombre et peu oppressant" du prochain film. Dans cette vidéo époustouflante, réalisée sans aucun effet spéciaux, les éclairs fendent les nuages menaçants, "comme un rappel à l’ordre".