Pourquoi vos pâtes étaient-elles meilleures le 20 janvier dernier grâce à la météo ?

Pourquoi vos pâtes étaient-elles meilleures le 20 janvier dernier grâce à la météo ?
2 images
Pourquoi vos pâtes étaient-elles meilleures le 20 janvier dernier grâce à la météo ? - © Tous droits réservés

L’Institut Royal Météorologique l’a confirmé lors de la sortie de son traditionnel bilan climatologique du mois de janvier 2020, nous avons battu un record de haute pression le 20 janvier dernier : 1048,3 hPa, la pression atmosphérique n’avait jamais été aussi élevée depuis le début des relevés météorologiques. Voilà qui devrait vous rassurer : non, votre baromètre ne devenait pas fou.

Parmi les conséquences visibles de ces hautes pressions, il y a d’une part le ciel rose que vous avez pu observer. Les particules fines (n’ayons pas peur des mots : la pollution) étaient coincées dans les basses couches de l’atmosphère. Les rayons du soleil furent donc filtrés de telle façon que seules les couleurs rouges arrivaient à nos yeux.

D’autre part, vous avez peut-être également mis un peu plus de temps avant que l’eau de vos pâtes ne se mette à bouillir ce jour-là.

Sur les bancs d’école, nous l’avons tous appris : l’eau se met à bouillir à 100 °C. Il s’agit d’une idée reçue. Lorsque la pression atmosphérique était de 1048,3 hPa, l’eau entrait en ébullition seulement à partir de 101 °C.

Pourquoi ? L’ébullition d’un liquide dépend également de la pression

Il s’agit de la loi de Clapeyron qui détermine à quelle température l’eau va bouillir en fonction de la pression.

Lorsque la pression augmente, il faudra chauffer davantage pour que l’eau passe de l’état liquide à l’état gazeux. Au fond de la mer, il existe des sources d’eau très chaude, à plus de 300 °C et l’eau reste liquide. Certains touristes connaissent les sources de Bouillante (cela ne s’invente pas) en Guadeloupe. Une source est d’ailleurs exploitée pour fournir une partie de l’électricité à l’archipel (6 ou 7%). En revanche, lorsque la pression diminue, ce qui est le cas en altitude (en haute montagne par exemple), l’eau commencera à bouillir plus vite ! Au sommet du mont Blanc, l’eau bout à 85 °C.

Revenons à notre préoccupation : les pâtes !

Après un petit coup de fil à notre expert culinaire Carlo de Pascale, il nous confirme que les pâtes sont moins bonnes à la montagne car l’eau n’est pas assez chaude, ce qui leur donne un côté farineux. D’ailleurs, il nous a également expliqué que pour cuire les œufs, nous avons l’habitude d’attendre que l’eau bout pour les plonger dans la casserole. Or, il conviendrait d’adapter la température à 65 °C pour éviter que les protéines ne coagulent.

En résumé, il vaut mieux mettre la main à la pâte en Belgique et aller se faire cuire un œuf en montagne.