Décryptage du vocabulaire météo...

Normales de saison : que signifie vraiment ce terme météorologique ?

© Tous droits réservés

Temps de lecture...

Dans les salles de rédactions, on abuse de la formule : "Cet après-midi, la température est 4 à 5 degrés supérieure aux normales de saison". Vous êtes nombreux à nous poser la question régulièrement : que sont, finalement, ces "normales de saison" et veulent-elles encore dire quelque chose ?

On vous proposait il y a quelques jours un article pour décrypter le phénomène du vortex polaire, attaquons-nous à un autre gros morceau : les "températures normales de saison" !

Ces fameuses "températures de saison" représentent en fait une valeur : celle du climat moyen sur les trente dernières années. Les services météorologiques du monde entier sont à pied d’œuvre depuis plusieurs mois pour analyser et mettre à jour ces données, et définir les nouvelles normales valables pour la période 1991-2020. Cette actualisation est définie au niveau international par l’Organisation Météorologique Mondiale.

 

Un nouveau rapport de l’Institut Royal Météorologique

L’Institut Royal Météorologique vient justement d’actualiser les normales climatiques. Ces valeurs, réajustées tous les 10 ans, représentent donc le climat moyen sur les trente dernières années. Ne cessant d’évoluer, ces informations montrent que notre climat évolue avec une augmentation du nombre de jours de chaleur et une diminution du nombre de jours de gel depuis 1991.

Que mesure-t-on exactement avec ces "normales de saison" ?

Le calcul implique en réalité toutes les variables du climat : les températures, évidemment, mais aussi les quantités de précipitation, la pression atmosphérique, et la vitesse du vent. Très utiles pour comprendre l’humeur du ciel, elles permettent par exemple de connaître le nombre annuel de jours d’été, et aux professionnels du tourisme de s’organiser au mieux en fonction des conditions météorologiques.

Elles constituent un sérieux outil pour la prise de décision dans des secteurs aussi variés que l’énergie et l’agriculture. Pour ce faire, les météorologues sont à l’affût : les observations quotidiennes fourniront des valeurs moyennées pour une variable donnée, par exemple la température. Cette nouvelle mise à jour 2021 se base uniquement sur les données récoltées à Uccle. Celles des autres stations seront finalisées au printemps prochain.

Que constate-t-on dans ce rapport de l’IRM ?

Le dernier rapport de l’IRM montre, une nouvelle fois, que notre climat est en train de changer. Ainsi, comme vous pouvez le constater sur le graphique présenté ci-dessous, le nombre de jours d’été n’a cessé d’évoluer depuis 1960. En 60 ans, nous avons pratiquement gagné 10 jours durant lesquels la température maximale était supérieure ou égale à 25°.

4 images
Nombre annuel de jours d’été à Uccle de 1960 à 2020 © Keywall

Le climat évolue, les conditions "extrêmes" aussi

Le changement climatique se reflète aussi dans des conditions météorologiques "plus extrêmes qu’avant", selon l’IRM. Chiffres à l’appui : au cours des 30 dernières années, il y a eu en moyenne 13 jours de gel de moins qu’au cours de la période 1961-1990.

4 images
Nombre annuel de jours de gel à Uccle de 1892 à 2020 © IRM

Des normales de saison qui augmentent

Et puis il y a les températures… et c’est peut-être l’élément le plus interpellant !

Depuis le milieu du 19e siècle, nous sommes passés pour la station d’Uccle de 8,8°C à 11°C. La température a augmenté de 2,2°C. Et cette augmentation s’est accélérée davantage ces dernières décennies avec une augmentation de 0,4°C tous les 10 ans.

4 images
Température moyenne annuelle à Uccle de 1833 à 2020 © Keywall

Ne noircissons pas trop le tableau. Se rendre compte que le climat change est plutôt positif.

Dans son rapport, l’IRM pointe aussi qu’au cours des trente dernières années, notre planète a bénéficié davantage des rayons du soleil. Cette augmentation de l’énergie solaire atteignant la surface de la terre est en partie due à nos efforts pour améliorer la qualité de l’air et réduire ainsi les émissions de polluants atmosphériques.

Des informations détaillées sur l’évolution des divers paramètres climatiques peuvent être retrouvées dans le rapport climatique 2020 émis par l’Institut Royal Météorologique.